news

F.C. Progrès Niederkorn - F91 Dudelange Presserevue - 03.04.2017



Auf und Ab mit Pokar



PROGRÈS NIEDERKORN - F91 DÜDELINGEN 1:2 (0:1)



Dan Elvinger




Im gestrigen Spitzenspiel hatte Niederkorn eigentlich nur eine Torchance und nutzte diese in der 71. Minute zum Ausgleich. Dann kam der Auftritt von Mario Pokar. Der Düdelinger Spielmacher vergab zunächst einen Elfmeter und entschied die Partie dann mit einem Treffer in den Schlussminuten.



Niederkorn zeigte viel Einsatz, das reichte jedoch nicht, um Düdelingen (hier: David Turpel) von den Beinen zu holen. Foto: Marcel Nickels





Beide Mannschaften begannen die Partie mit einer in der BGL Ligue unüblichen Dreierkette. Die F91-Spieler rochierten extrem viel und waren offensiver eingestellt als der Gegner. Beim Progrès verwandelte sich die Dreier-Abwehr in der Anfangsphase bereits in eine Fünfer-Abwehrkette.




Der amtierende Meister machte nämlich von Beginn an Druck und hatte nach einer Viertelstunde bereits einen Weitschuss von Stolz (4.) und einen Lattentreffer von Dikaba (14.) vorzuweisen. Mit zunehmender Spieldauer stellten sich die Niederkorner immer besser auf das Spiel des Tabellenführers ein und versuchten aus einer sicheren Defensive heraus Konterangriffe zu starten. In den meisten Fällen fehlte es den Hausherren jedoch an Präzision. Glück hatte Niederkorn in der 28. als Bouzid sich 30 Meter vor dem Tor einen Ballverlust erlaubte. Turpel zog mit dem Ball davon, bediente Stolz, der jedoch an Flauss hängen blieb. Acht Minuten später parierte der ProgrèsTorwart einen gefährlichen Freistoß von Pokar.



Als die Hausherren schon mit den Gedanken in der Pause waren, schlug der F91 zu. Nach einem Eckball von Pokar kam der Ball zu Prempeh, dessen abgefälschter Schuss bei Turpel landete, der am Pfosten lauerte und versenkte.



Nur 6' nach dem Seitenwechsel fischte Flauss einen Kopfballversuch von Turpel aus der Luft. Der Niederkorner Torhüter erwies sich immer mehr als sicherer Rückhalt in diesem Spitzenspiel. Kurz darauf gab Niederkorn den ersten erwähnenswerten Torschuss durch Laurent ab (56.). Unter dem Impuls der beiden Nationalspieler Da Mota und Turpel sowie Spielmacher Pokar versuchten die Düdelinger die Entscheidung herbeizuführen. Doch immer wieder hatten Flauss oder die vielbeinige Niederkorner Verteidigung das letzte Wort.



Für ihre kämpferische Einstellung wurde die Elf von Trainer Paolo Amodio in der 71. belohnt. Nach einem Ballgewinn durch Poinsignon landete der Ball über Bors bei Sébastien Thill, der mit einem platzierten Flachschuss den Ausgleich erzielte.



Doch der Schock folgte nur wenigen Minuten später. Ferino foulte Turpel im Strafraum. Den fälligen Elfmeter parierte Flauss gegen Pokar und machte sich damit endgültig zum Spieler der Partie. Doch der deutsche Spielmacher ließ dies nicht auf sich sitzen. In einer umkämpften Schlussphase fasste sich Pokar in der 87. ein Herz an der Strafraumgrenze und erzielte mit einem abgefälschten Schuss den 2:1-Siegtreffer.





Schiedsrichter: Legat (F) - Biever, Ries 



Gelbe Karten: Ferino - Da Mota 



Torfolge: 0:1 Turpel (45.), 1:1 S. Thill (71.), 1:2 Pokar (87.) 



Beste Spieler: Flauss, Poinsignon - Pokar, Turpel Zuschauer: 812 zahlende 



Spieler des Spiels: Sébastien Flauss. Der Niederkorner Torwart hielt fast alles und noch einen Elfmeter. 



Die Systeme: Beide Mannschaften begannen die Partie mit einer Dreierkette. Eher unüblich in der BGL Ligue. 



Die Gesperrten: Die kürzlich erst suspendierten Progrès-Spieler Garos und Menaï standen in der Startelf. 



Der (Un-)Glücksrabe: Mario Pokar vergab zunächst einen Elfmeter und traf danach zur Entscheidung. 



Trainerstimmen 



Paolo Amodio (Niederkorn): „Wir haben gut gestanden und haben wenig zugelassen in der ersten Halbzeit. Es nervt mich, dass wir ein Tor nach einer Ecke bekommen. Die Mannschaft hat aber bravourös gekämpft und ich habe viele positive Dinge gesehen. Am Ende fehlte dann die Qualität und Frische.“ 



Dino Toppmöller (F91): „Ein klar verdienter Sieg, aber es war knapp. Die Moral der Mannschaft war sensationell. Wir haben immer an das Tor geglaubt und wurden zum Schluss für diesen Willen belohnt. Es war verdammt wichtig, diese Partie vor dem Spitzenspiel gegen Differdingen zu gewinnen.“ 





BGL LIGUE - 20E JOURNÉE

Dudelange a eu chaud mais domine le Progrès


Dans un match plus compliqué que prévu, Dudelange s’est imposé (1-2) dimanche sur la pelouse du Progrès Niederkorn.



Le leader Dudelange (en bleu) s’est amusé à se faire peur à Niederkorn.



Frustrant, c’est le mot qui revenait dimanche à Niederkorn, après la défaite face à Dudelange (1-2). «Nous aurions pu tenir au moins le nul», pestait un des hommes du match, le gardien Sébastien Flauss. Celui-ci avait permis aux siens de préserver le score face à une formation dudelangeoise meilleure dans la maîtrise. La première occasion venait d’un coup-franc de Pedro que Dikaba expédiait sur la transversale (14e). Puis, Flauss sortait le grand jeu face à Stolz avant de repousser un coup-franc de Pokar (36e). Mais le gardien local ne pouvait rien sur la tête à bout portant de Turpel sur le dernier corner avant la mi-temps (0-1, 45e+1).?



Au retour des vestiaires, le Progrès tentait de procéder par contre. Sur une récupération de Poinsignon, le ballon arrivait sur Sébastien Thill. Le gaucher égalisait (1-1, 70e). Puis, le F91 reprenait sa domination et obtenait même un penalty grâce à Turpel (77e). L’inévitable Flauss sortait encore le tir de Pokar. Un exploit qui mérite d’être souligné, même si le dernier mot revenait à Pokar. L’Allemand donnait la victoire au F91 sur une frappe contrée (1-2, 88e). Dur à avaler pour Flauss.




Sébastien Flauss, le gardien du Progrès, ne cache pas sa déception après la défaite contre Dudelange.





https://soundcloud.com/user-483032367/sebastien-flauss-revient-sur-le-match-contre-dudelange





Pokar délivre Dudelange face au Progrès



Mario Pokar vient d'inscrire le deuxième but dudelangeois. Le F91 domine le Progrès et conserve la tête du classement. Photo: Ben Majerus



Dominateur, le F91 a pourtant tremblé à Niederkorn  lors du match avancé de la 20e journée de BGL Ligue. C'est Mario Pokar, sur un coup du sort, qui a trompé un excellent Sébastien Flauss pour offrir trois nouveaux points au leader du championnat (2-1).



Par Didier Hiégel



Le match et sa note: rien de mieux pour rebondir lorsqu'on traverse une mauvaise passe que de se rappeler les heures glorieuses. Avant de se confronter à Dudelange et avant la réception de Strassen, qui pourrait elle aussi être décisive pour le gain de la quatrième place, le Progrès avait invité ses anciennes gloires pour célébrer le titre de champion conquis il y a 40 ans avec les Jean-Louis Margue, Hubert Meunier et consorts. 



Ce témoignage d'affection pour les siens n'a toutefois pas permis à Niederkorn de se remettre sur le bon chemin ce dimanche à l'occasion de la 20e journée. Plus pressant avec sa configuration très offensive en 3-4-3, le F91 a poussé son adversaire dans les cordes jusqu'à trouver l'ouverture dans le temps additionnel de la première période et juste avant le terme de ce duel. 



L'ouverture du score a été consécutive au sixième corner obtenu devant le but des Jaune et Noir. Pedro avait laissé Pokar le frapper sur la tête de Prempeh, et ce dernier a dévié le cuir dans les pieds de Turpel. L'attaquant international, de près, a profité de l'aubaine pour inscrire son quinzième but en championnat (0-1, 45+1).



Un score logique au vu de 45 premières minutes gérées au mieux par le leader du classement qui aurait pu ouvrir le score avant le premier quart d'heure si la transversale de Flauss n'avait sauvé les locaux. Un sursis renouvelé à la 29e minute lorsque Turpel servait Stolz sur un plateau mais Flauss se montrait à nouveau intraitable. Bouzid avait été l'origine de la mauvaise relance à l'origine de cette belle occasion des visiteurs et devra céder sa place à Mastrangelo à la reprise.



Rémy Laurent n'a jamais pu prendre Jerry Prempeh en défaut.  Photo: Ben MajerusRémy Laurent n'a jamais pu prendre Jerry Prempeh en défaut. Photo: Ben Majerus






Pokar échoue et se rachète

Le capitaine nous avait confié avant la rencontre que pour contrarier cette équipe dudelangeoise, il fallait que le Progrès ferme les espaces à 30 mètres de son but. Et Niederkorn a effectivement densifié la zone de danger, tenté de jouer les interceptions pour lancer des contres rapides mais il a fallu attendre la seconde période pour voir les hommes de Paolo Amodio se montrer enfin tranchants.



Auparavant, Joubert n'avait eu qu'à sortir au devant de Laurent à la 20e minute. Flauss, lui, était bien chaud. Sollicité dès la quatrième minute par Stolz, il avait été sur des charbons ardents toute la première mi-temps et devait encore s'employer brillamment par la suite. Mais il a dû partager l'ovation de ses supporters avec son partenaire Sébastien Thill. Suite à leur unique tir cadré de la rencontre, les Jaune et Noir égalisaient à un partout à la 71e  (voir par ailleurs). 



Dudelange n'avait pas trop le temps de tergiverser qu'il obtenait un penalty pour une faute de Ferino sur Turpel. Pokar s'élançait et voyait Flauss repousser l'essai du joueur allemand (77e).



L'ancien de Kaiserslautern allait se racheter dix minutes plus tard en arrachant la victoire. Un but heureux, sa frappe ricochant sur le dos de Poinsignon pour prendre Flauss à contre-pied. Le F91 s'est fait peur mais poursuit sa marche en avant à une semaine du rendez-vous avec Differdange.



Une note de 13/20 vient récompenser un match plaisant et fertile en rebondissements.



Le fait du match: le Progrès savait à quoi s'attendre en laissant la possession de balle à Dudelange et en s'appuyant sur une défense compacte et des reconversions offensives rapides. Une seule a été au bout de ses intentions mais elle mérite le détour. C'est d'abord Poinsignon qui s'en va tacler Da Mota pour relancer immédiatement. Barnabo, en meneur de jeu, relaye et sert Sébastien Thill, légèrement décalé sur la gauche. Sa frappe à ras de terre, croisée et puissante, fait mouche (1-1, 71e).



 Sébastien Thill vient de conclure brillamment un contre de sa formation. Le Progrès est revenu à la hauteur de Dudelange à la 71e minute. Photo: Ben Majerus



L'homme du match: Sébastien Flauss. Le portier français était en grâce ce dimanche. Sauvé une première fois par sa barre transversale suite à une tête de Dikaba (14e). Il a ensuite fait usage de tout son métier pour faire échec, dans l'ordre, à Stolz, Da Mota, Turpel, Laurienté et Pokar. Sur le penalty tiré par l'Allemand, il est bien parti sur sa gauche. Il n'a fallu qu'une occasion de très près de Turpel et du tir dévié de Pokar pour le mettre à mal. Une prestation cinq étoiles.

Progrès - Dudelange 1-2

Stade Jos Haupert, bonne pelouse, arbitrage de M. Legat (FRA) assisté de MM. C. Ries et Hansen, 812 spectateurs. Mi-temps: 0-1.

Evolution du score: 0-1 Turpel (45+1), 1-1 S. Thill (71e), 1-2 Pokar (87e).

Corners: 2 (1+1) pour le Progrès; 8 (6+2) pour Dudelange

Cartons jaunes: Ferino (13e antijeu sur Turpel) au Progrès; Da Mota (53e, faute sur Poinsignon) à Dudelange.

PROGRÈS (3-5-2): Flauss; Ferino, Bouzid (cap.)  (45e Mastrangelo),  Soares; Poinsignon, Garos,  S. Thill; Menaï (74e Borgs), Fiorani; Laurent (61e Barbaro), Bors.

Joueurs non utilisés: Machado et Barnabo.

Entraîneur: Paolo Amodio.

DUDELANGE (3-4-3):  Joubert (cap.);  Dikaba, Schnell,  Prempeh; Laurienté, Cruz, Pedro (60e Ibrahimovic), Pokar (89e Malget); Stolz, Turpel,  Da Mota (74e Jordanov).

Joueurs non utilisés: Frising et De Sousa.

Entraîneur: Dino Toppmöller.





Un F91 soulagé avant sa finale



BGL LIGUE (20e JOURNÉE) Dudelange ne voulait surtout pas recevoir le FCD03, dimanche prochain, en étant dans la peau du numéro 2. C'est bien pour ça que son but de la victoire, à la 88e minute, l'a autant soulagé.




Si le Progrès a le bonheur de constater qu'il ne perd miraculeusement pas de terrain dans sa course à la 4e place, Dudelange fait, lui, une opération en or par rapport au Fola, désormais repoussé à sept longueurs.




De notre journaliste Julien Mollereau



Turpel arme une jolie tête que Flauss va repousser en corner. Il aura fallu beaucoup bosser pour battre le gardien niederkornois. Photo : Mélanie Maps



Si Valentin Poinsignon n'avait pas traîné dans ses six mètres, à la 88e minute de ce qui commençait à ressembler à un fameux traquenard, Dudelange serait aujourd'hui derrière le FCD03 au classement et le choc de dimanche entre les deux premiers de la DN aurait une saveur complètement différente. Mais le défenseur latéral, redevenu titulaire pour la première fois depuis le 6 novembre et loin de toutes considérations mathématiques entre grands de ce championnat, a choisi «d'anticiper le ballon enroulé» de Pokar. «Même un peu trop, admet-il. Je ne suis pas sûr qu'il soit cadré, mais je suis presque certain que Sébastien (Flauss) l'a si je n'interviens pas.» Dans l'analyse, le Français a tout bon : il aurait mieux valu qu'il ne soit pas là. Car Niederkorn y aurait gagné plus qu'un point : la reconquête de la quatrième place. Mais cinq minutes plus tôt, sur le terrain, le tir de Pokar a attrapé Poinsignon on ne sait comment et a terminé sa course au fond (1-2). Pour le Progrès, c'est vache mais logique, pour le F91, c'est un miracle mais une récompense.



Le Progrès a un tir cadré en 90 minutes



Les chiffres expliquent mieux pourquoi le leader mérite de repartir du stade Jos-Haupert avec les trois points. Ceux du Progrès surtout, puisqu'il a marqué sur son seul tir cadré de la partie, Sébastien Thill, ayant fait preuve d'un maximum de sang-froid au bout d'une contre-attaque qui voit Prempeh lui pousser le ballon plus que Bors (1-1, 71e). Le reste des 90 minutes a vu les hommes d'Amodio expédier trois misérables tentatives, pour la forme. Une mine dans les nuages de Laurent. Un coup franc excentré trop long de S. Thill qui pourrait s'assimiler (avec beaucoup de bonne volonté) à une tentative d'accrocher la lucarne opposée. Et un autre de plus de 40 mètres pour tenter de surprendre Joubert, un peu avancé. C'est pauvre, même pour une équipe qui souhaite jouer le contre.



D'ailleurs, le Progrès aura beaucoup de choses à se prouver dans les semaines à venir. Le lent détricotage, mois après mois, d'un des jeux les plus léchés du pays il y a de ça deux saisons, commence à se voir et tout ne peut pas s'expliquer par la profondeur de banc. Hier, Amodio voulait jouer un 3-5-2. Il s'est retrouvé avec un 5-3-2 «vu la possession dudelangeoise», constate Poinsignon. Pourtant, le coach niederkornois aurait pu avoir raison. Le F91, bien embêté par sa mise en place, ne s'est en effet créé des occasions franches que sur phases arrêtées en première période. Si l'extérieur de Dikaba, en extension, a trouvé la transversale (14e), la déviation de Stelvio pour Turpel, seul, au deuxième poteau, fera elle mouche et très mal (0-1, 45e). L'incapacité du leader à tuer la rencontre au retour des vestiaires et malgré une nouvelle défection niederkornoise (Bouzid, lire ci-contre), va quand même alimenter la chronique tout au long de cette semaine d'avant duel au sommet. De la tête de Turpel à bout portant sur corner (51e) repoussée par Flauss, du coup franc de Laurienté plein axe (61e) capté par le portier niederkornois, en passant par le penalty raté de Pokar face à un gardien en état de grâce (77e) ou la double frappe contrée à bout portant, il y a de quoi commencer à se poser des questions. Le leader a des certitudes de jeu, pas dans la finition. Mais quand on a failli perdre la tête, c'en deviendrait presque anecdotique.



VESTIAIRES 



Paolo Amodio (coach du Progrès) : «Il y a une vraie déception du résultat. Ç'aurait été un bon point, surtout avec tous les joueurs qu'on a sur le flanc. Restons positifs : j'ai vu des joueurs qui se sont donnés à fond.» 



Dino Toppmöller (coach du F91) : «C'est sûr que c'est un soulagement parce qu'il y a beaucoup de qualités individuelles au Progrès. Thill nous marque un but sur une seule occasion par exemple. C'était très important de venir gagner ici avant le choc du week-end prochain contre Differdange.» 



Tom Schnell (F91) : «On a le ballon presque toute la partie et on se met nous-mêmes dans l'embarras parce qu'on n'est pas capables de marquer. Ça n'aurait clairement pas été une bonne opération de faire un nul ici.»



Jerry Prempeh (F91) : «On aurait dû plus gérer après la pause plutôt que de partir à l'abordage et de prendre des contres. Ça faisait un bout de temps qu'on n'avait plus pris de but (NDLR : depuis la 16e journée, contre Mondorf, 1-1).» Valentin Poinsignon (Progrès) : «Ça nous a pris 15 minutes pour nous faire à ce système, mais on les a globalement bien gérés. Ce devait être un 3-5-2, mais vu leur possession, c'était plus un 5-3-2.»



«Si je finis meilleur gardien mais qu'on n'est pas européens...» Sébastien Flauss est un gardien un peu malheureux.



Ce deuxième but au bout du temps réglementaire, vous l'auriez eu si Poinsignon n'avait pas coupé la trajectoire?



Sébastien Flauss : Je pense être sur la trajectoire, oui. C'est donc très emmerdant. Sortir d'une telle prestation, individuellement, mais perdre, aussi non? Je préfère ne pas être aussi bon, faire même un match de merde, mais prendre les trois points. D'ailleurs, en général, c'est vrai aussi : si je finis meilleur gardien du championnat au Quotidien, mais qu'on n'est pas européens...



L'option à cinq défenseurs vous a-t-elle satisfaite sur ce match?



Le système n'était pas mauvais même s'il n'a pas tout le temps fonctionné comme on voulait, ce qui est assez frustrant. Mais contre Käerjeng et Rosport, dans une autre organisation, contre un autre adversaire, j'ai aussi eu pas mal de boulot.



C'est une prestation tout de même rassurante face au leader?



Oui et non, parce que ça ne sert à rien de faire un tel match si on ne prend pas de points la semaine prochaine. Or pour l'Europe, tous les points sont comptés et on n'a plus le droit d'en perdre le moindre.



Recueilli par J. M. 




Powered by azurCMS