news

F.C. Progrès Niederkorn - F.C. Differdange 03 Presserevue - 13.02.2017



BGL - 14E JOURNÉE

Er Rafik offre le derby à Differdange

En remportant le derby face au Progrès, samedi (1-2), Differdange s’est emparé provisoirement de la tête de BGL Ligue.



Sébastien Flauss intervient devant Dwayn Holter. Photo: Editpress/Gschmit



Pour la première fois au Luxembourg, le club avait installé un bus chauffé et équipé de télévisions, de canapés et d’un bar, au bord de la pelouse pour ses VIP. Photo: Editpress/Gschmit



Après deux mois de trêve hivernale, ni la pluie ni le froid ne sont parvenus à rebuter les fans de football luxembourgeois pour cette première affiche de l’année 2017. Ils étaient 1 820 réunis au stade Jos Haupert et le Progrès avait sorti les gros moyens pour les accueillir convenablement. Le terrain avait été déblayé dans la matinée. Et pour la première fois au Luxembourg, le club avait même installé un bus, chauffé et équipé de télévisions, de canapés et d’un bar, au bord de la pelouse pour ses VIP.



Photo: Editpress/Gschmit



Sur le terrain aussi, le club du président Fabio Marocchi a voulu réaffirmer ses ambitions dès la reprise. Les deux recrues hivernales en attaque, Bors et Watzka étaient alignées d’entrée, au détriment du meilleur buteur maison, Laurent. Les locaux, d’abord plus à l’aise techniquement que leurs adversaires, ont rapidement tenté de mettre la pression.



Ramdedovic (2e), Watzka (3e et 21e), Olivier Thill (14e), Barbaro (27e) ou encore Bors, qui s’écroulait dans la surface suite à un contact avec Franzoni (18e), ont fait quelques frayeurs à l’arrière garde des visiteurs. Mais la plus grosse occasion était differdangeoise. Sur un contre fulgurant, Holter, bien servi par Er Rafik, se retrouvait seul au point de pénalty mais mettait à côté (6e).



Er Rafik, buteur expulsé



Le début de seconde période allait être plus compliqué pour le Progrès. Differdange parvenait davantage à mettre le pied sur la ballon et trouvait beaucoup mieux son buteur providentiel Er Rafik. Après un face à face manqué (57e), l’attaquant finissait logiquement par trouver l'ouverture (0-1, 62e). La partie s'emballait. Bors pour le Progrès (67e), puis encore Er Rafik pour Differdange (73e), étaient à deux doigts de marquer. Mais c’est le nouvel entrant, Laurent qui relançait la partie (1-1, 76e).



Une joie de courte durée puisque Er Rafik ne tardait pas à doubler la mise suite à un pénalty concédé pour une faute de Ramdedovic sur May (1-2, 82e). Un but qui allait échauffer les esprits. Après une échauffourée impliquant plusieurs joueurs, le héros de l’après-midi, Er Rafik était expulsé quelques instants plus tard par l’arbitre. Mais Differdange tenait sa victoire.



En plus du prestige de remporter le derby, le club de Fabrizio Bei prend provisoirement la tête du championnat devant Dudelange, qui joue dimanche, à Kaerjeng. Sans l’expulsion de sa star, la journée aurait été parfaite pour le FC Differdange 03.





Reprise de la BGL Ligue

Er Rafik propulse Differdange en tête



Omar Er Rafik est sorti de sa boîte tel un beau diable pour martyriser le Progrès. Photo: Yann Hellers



C'est la reprise! Après deux mois d'hibernation la BGL Ligue faisait son retour au Jos Haupert et Differdange a pris le dessus sur son voisin du Progrès (1-2) grâce à un doublé d'Er Rafik. Le FCD03 prend donc provisoirement seul les commandes du championnat avant les rencontres de ce dimanche. 



Par Thibaut Goetz



Le match. Paulo Amodio choisit d'aligner d'entrée ses deux recrues allemandes du mercato hivernal, Watzka et Bors, mais choisit avant le coup d'envoi de laisser Rémy Laurent sur le banc. C'est donc le jeune Valerio Barbaro qui fait son entrée dans le onze de départ. Les deux équipes mettent d'emblée du rythme dans cette partie, et sur un contre éclair Er Rafik est tout proche d'ouvrir la marque mais le ballon vient mourir à la base du montant gauche de Flauss (9e). Même chose pour Caron quelques minutes plus tard (13e). Le Progrès réagit mais la tête de Watzka est trop timide (23e). Les locaux offrent ensuite une belle séquence de jeu mais la frappe de Bors puis la reprise acrobatique de Séba Thill n'inquiètent pas outre mesure la défense differdangeoise. 



A la pause Hamzaoui, nouveau venu dans la Cité du Fer remplace Caron. Du côté niederkornois Fiorani doit renoncer et Mastrangelo le supplée. Differdange pousse dans l'entame du second acte sans parvenir à se montrer réellement dangereux. Mais sur un corner venu de la gauche Er Rafik parvient à tromper en deux temps un Flauss qui pensait avoir fait le plus dur, mais c'était sans compter sur la réussite d'un Er Rafik marquant dans un trou de souris (62e). Bors est tout près d'égaliser mais sa frappe est trop décroisée (68e). Cet honneur reviendra à Rémy Laurent après une première tentative manquée de Bors (76e). 



Malheureusement pour les locaux, Ramdedovic va concéder une faute sur May en plein milieu de la surface de réparation. Penalty logique et Er Rafik ne se fait pas prier pour transformer l'offrande (82e). Le double buteur du jour est ensuite expulsé pour un coup de colère après avoir subi une faute de Ferino. Differdange termine à dix ce derby mais les joueurs de Carzaniga peuvent se féliciter de figurer ce soir en tête du championnat.



La note. 12/20. Parti sur de bonnes bases, le derby est ensuite retombé dans une certaine monotonie en fin de première période. Differdange entre mieux en seconde période que le Progrès et impose sa loi. Forcé de recoller au score le Progrès a ensuite haussé le ton pour parvenir à égaliser avant de se faire piéger. 



Le fait du match. Malheureux Ramdedovic. Le Progrès pensait avoir fait le plus dur en égalisant. Mais la vivacité d'un Andy May tout juste entré en jeu a fait commettre l'irréparable au milieu de terrain local. Une issue dommageable pour le milieu du Progrès qui réalisait pourtant cet après-midi une prestation solide. 



L'homme du match. Er Rafik. En signant ses douzième et treizième réalisations en quatorze matchs, l'attaquant du FCD03 a permis à son équipe non seulement de battre son voisin mais aussi de prendre provisoirement les commandes de la BGL Ligue. Suffisant pour lui pardonner son expulsion suite à un coup de colère en fin de match. 



Valerio Barbaro dépassé par Mathias Jänisch. Photo: Yann Hellers

 

FC Progrès Niederkorn - FC Differdange 03 1-2

Stade Jos Haupert, pelouse en bon état, arbitrage de M. Pires assisté de MM. Da Costa et Da Silva, 1.820 spectateurs payants. Mi-temps: 0-0.



Evolution du score: 0-1 Er Rafik (62e), 1-1 Laurent (76e), 1-2 Er Rafik (82e, s.p.)



Corners: 2 (2+0) pour le Progrès, 9 (5+4) pour le FCD03.



Cartons jaunes: Ramdedovic (80e, faute sur May) pour le Progrès; Caron (22e) faute sur Lafon et Siebenaler (90+2)  pour Differdange.



Carton rouge: Er Rafik (82e, bousculade).



PROGRES: Flauss; Fiorani (49e Mastrangelo), Ferino, Bouzid (cap.) Lafon; Barbaro (59e Laurent), S. Thill, Ramdedovic, O. Thill (84e Borges); Watzka, Bors.



Joueurs non utilisés: Machado et Soares. 



Entraîneur: Paulo Amodio.



FC DIFFERDANGE: Weber; Franzoni, Siebenaler, Vandenbroeck, Jänisch (cap.); Holter (73e May), Fleurival; Caron (46e Hamzaoui), Bettmer (64e, Bastos), Almeida; Er Rafik.



Joueurs non utilisés: Schaab et Rodrigues.



Entraîneur : Pascal Carzaniga



Pascal Carzaniga : "Un vrai derby! En première mi-temps on était bien, Niederkorn a réussi à équilibrer les débats sans pratiquer un beau football. On a eu les occasions les plus franches et ensuite en deuxième mi-temps on a vu un meilleur Differdange. On s'est adapté, notre système a évolué et on les a mis plus en difficulté. On avait l'avantage, Niederkorn revient sur une de leurs très rares occasions. Et c'est la preuve que Differdange a un gros caractère car même dans un derby compliqué à l’extérieur on réussit à trouver la faille." 



Sébastien Flauss: "Malheureusement l'issue ne nous est pas favorable. C'était un beau match on ne méritait pas de perdre il y a de la frustration. Après le penalty si l'arbitre leur donne celui-là il peut nous en donner un aussi. Sur le premier but j'arrive encore à le bloquer mais c'est un renard et ça restera un renard."





Er Rafik, who else?



PROGRÈS NIEDERKORN - FC DÉIFFERDENG 03 1:2 (0:0)



D03-Kapitän Mathias Jänisch (r.) zieht am 18-jährigen Niederkorner Valerio Barbaro vorbei.otos: Gerry Schmit 




Dan Elvinger



Der Differdinger Stürmer Omar Er Rafik war am Samstag in Niederkorn in aller Munde. Zunächst erzielte er zwei Tore und führte sein Team kurzfristig an die Tabellenspitze. In den Schlussminuten flog er zum ersten Mal in seiner Karriere vom Platz. 1.820 Zuschauer erlebten im Stade Jos. Haupert ein intensives und spannendes Derby.



Progrès-Trainer Paolo Amodio hat sich taktisch etwas einfallen lassen zum Auftakt der Rückrunde. Seine Mannschaft lief im ungewohnten 3-5-2-System auf, in dem vor allem die Stürmer und Flügelspieler dauerhaft die Positionen wechselten. Die Neuzugänge David Bors und Max Watzka standen in der Startelf. D03- Trainer Pascal Carzaniga vertraute einer eingespielten Mannschaft und dem bewährten 4-2- 3-1-Schema.



Die Hausherren erwischten den besseren Start und ließen den Ball gut in ihren Reihen zirkulieren. Die erste Großchance ging jedoch auf das Konto der Differdinger. Nach einem perfekten Konterangriff über Almeida und Er Rafik zielte Holter nur knapp am Tor vorbei (9.). Drei Minuten später bewahrte Flauss die Niederkorner mit einer Parade gegen Caron vor dem Rückstand.



Beim Progrès waren die Angriffe zwar gefährlich, der letzte Ball jedoch immer zu unpräzise. In der 9. und 23. hatte sich Watzka in Position gebracht, konnte das Spielgerät jedoch nur leicht touchieren. Sein Landsmann Bors versuchte es in der 35. mit einem Schuss aus elf Metern, der jedoch von D03-Torwart Weber abgewehrt wurde.



Nach einer ausgeglichenen ersten Halbzeit legte Differdingen nach der Pause sofort einen Zahn zu. Trainer Carzaniga hatte in der Halbzeit umgestellt und mit Hamzaoui einen neuen Offensivmann gebracht.



Die ersten Chancen von Almeida (55.) und Siebenaler (58.) waren noch zu harmlos. Doch Differdingen hat bekanntlich das Schlitzohr Er Rafik in seinen Reihen. Der Angreifer setzte in der 62. nach einem parierten Torschuss nach und spitzelte den Ball über die Linie zur Führung. Nur fünf Minuten später hatte Bors die Möglichkeit zum Ausgleich, als er im Strafraum perfekt von Laurent freigespielt wurde, den Ball jedoch am Tor vorbeisetzte.



Die Einwechslung von Toptorjäger Laurent machte sich für Niederkorn bezahlt. In der 76. stand er goldrichtig, als er eine Flanke von Lafon mit dem Kopf im Tor unterbrachte.



Die Freude sollte jedoch nicht lange anhalten. Nach einem verlorenen Duell von Sébastien Thill gegen Almeida an der Seitenlinie und einer anschließenden Hereingabe war Ramdedovic im Strafraum zu ungestüm im Duell mit May und Schiedsrichter Pires hatte keine andere Wahl, als auf den Elfmeterpunkt zu zeigen. Er Rafik nahm sich der Aufgabe an und verwandelte sicher.



In der 88. wurde der D03-Stürmer wegen einer Tätlichkeit an Ferino vom Platz gestellt. Und obwohl der Progrès-Torwart in der Schlussphase noch mit aufrückte, um den Ausgleich zu erzielen, blieb es beim knappen Sieg des Erzrivalen aus der Nachbarstadt.





Schiedsrichter: Pires - Da Costa, Da Silva

Gelbe Karten: Ramdedovic - Caron, Siebenaler

Rote Karte: Er Rafik (88., Tätlichkeit)

Torfolge: 0:1 Er Rafik (62.), 1:1 Laurent (76.), 1:2 Er Rafik (81., Foulelfmeter)

Beste Spieler: Lafon, Ferino - Er Rafik, Almeida

Zuschauer: 1.820 zahlende

Spieler des Spiels: Omar Er Rafik. Seine Kaltschnäuzigkeit entschied das Derby. Daran ändert auch sein Platzverweis nichts.

Der Nachzügler: Valerio Barbaro wurde in der letzten Sekunde für Rémi Laurent in die Startelf beordert. Es war ein ganz besonderes Duell für den 18-Jährigen, der im Nachwuchs der Differdinger und Niederkorner spielte.

Der Joker: Der Niederkorner Toptorjäger Rémi Laurent stach nach seiner Einwechslung. Die Neuzugänge: Bei Niederkorn durften die Wintertransfers David Bors und Max Watzka sofort ran. D03 Neuzugang Mounir Hamzaoui wurde eingewechselt.



1.820



Zuschauer wohnten gestern dem Derby bei. Auch wenn diese offizielle Zahl etwas zu hoch gegriffen scheint, ist es ein neuer Saisonrekord. Die meisten Zuschauer gab bisher beim Escher Derby zwischen Fola und Jeunesse (1.523).



Trainerstimmen Paolo Amodio (Niederkorn): „Ausschlaggebend für mich war, dass wir die richtige Einstellung und das nötige Engagement an den Tag gelegt haben. Nach dem Rückstand haben wir uns nicht unterkriegen lassen und uns zurückgekämpft. Das war nicht immer so und das verspricht für den Rest der Saison. Differdingen hatte vielleicht einige bessere Gelegenheiten als wir, aber ein Unentschieden wäre auch in Ordnung gewesen. Der individuelle Fehler vor dem zweiten Gegentreffer ist natürlich sehr unglücklich.“ 



Pascal Carzaniga (Déifferdeng 03): „In der ersten Hälfte hatten wir bereits die besseren Chancen. Nach dem Seitenwechsel haben wir uns besser präsentiert und auch der Systemwechsel vom 4-3-3 auf ein 4-1- 4-1 hat seine Früchte getragen. Nach dem Ausgleichstreffer der Niederkorner hat die Mannschaft es wieder hinbekommen, die Entscheidung zu erzwingen. Das spricht für den Charakter dieser Spieler. Auch wenn wir vorübergehend die Tabellenführung übernommen haben, müssen wir mit den Füßen auf dem Boden bleiben.“



 



Ce derby laisse une trace rouge




BGL LIGUE (14e JOURNÉE) Omar Er Rafik, modèle de fair-play depuis cinq saisons et demie avec le FCD03, a écopé du premier carton rouge de sa carrière dans le choc differdangeois. Et si ela avait de sérieuses conséquences pour son équipe?



Omar Er Rafik a craqué. Espérons pour le FCD03 que cette expulsion ne lui coûte pas quelques points. Photo : Mélanie Maps



Taclé très virilement par Adrien Ferino, l'attaquant du FCD03 a eu le tort de répliquer en portant la main au visage du défenseur, alors au sol, pour lui «demander de se calmer». Puis tout s'est envenimé quand Sébastien Thill est venu intervenir au cœur de la mêlée.



De notre journaliste Julien Mollereau




Depuis 2011 qu'il fréquente le Thillenberg puis le Parc des sports d'Oberkorn, on n'avait encore jamais vu Omar Er Rafik dans cet état. Au cœur de la mêlée, ils s'y sont mis à deux coéquipiers pour le raisonner et ce n'était pas dû au tacle pas joli-joli d'Adrien Ferino. «Il m'a saigné! J'ai une marque incroyable. J'ai eu peur, j'ai cru qu'il m'avait cassé le tibia alors forcément, j'ai réagi de façon un peu excessive. Je n'aurais pas dû. Je dois assumer mon carton rouge. Même si je ne fais rien de violent, que je l'attrape juste par la nuque en lui demandant d'arrêter et rien de plus, l'arbitre applique le règlement», calme l'attaquant. Non, ce qui l'a fait sortir de ses gonds, c'est un coup qu'il aurait reçu dans la mêlée, dans le dos, de la part de Sébastien Thill, dit-il. Et avant même de prendre sa biscotte, il a vu rouge : «Je déteste ce genre de choses. Qu'on m'attaque par devant, pas de souci. Mais ça… » 



Au coup de sifflet final, Ante Bukvic et son quasi-double mètre ont tenté de retenir l'attaquant dans les vestiaires alors qu'il se dirigeait vers le terrain pour régler des comptes. Intercepté par Fabio Marochi, le pré- sident niederkornois, puis récupéré par Jean-Philippe Caillet, son directeur sportif, qui l'a réorienté vers les vestiaires, il n'en a pas moins attendu Sébastien Thill dans les couloirs du stade Jos-Haupert. «Tu vas voir, je vais te la couper ta crête», marmonnait-il au moment où son président, Fabrizio Bei, l'a retrouvé juste à temps pour l'empêcher d'aller trop loin. Thill, prêt à la confrontation, venait de pointer le bout de son nez. 



On n'a donc pas dépassé l'échange d'amabilités. Reste à savoir quels éléments se retrouveront dans le rapport de M. Pires et à quel point il sera à charge. Clairement, Er Rafik risque gros. Deux matches minimum. Voire trois ou quatre. Pour un garçon dont le casier n'était chargé pour l'heure que de six petits cartons jaunes en 139 rencontres de DN, cela tombe mal : Differdange va devoir se passer de lui quelques semaines alors qu'il entame sa course poursuite avec le titre en ligne de mire et que l'impact de son buteur sur son rendement offensif n'a jamais semblé aussi évident (il est impliqué, samedi, dans six des huit occasions de but differdangeoises). 



53 % des buts du club depuis quatre matches 



En homme avisé, Jean-Philippe Caillet s'est rapproché des dirigeants autorisés à pénétrer dans le vestiaire du trio arbitral pour s'assurer qu'au moins, son club fasse tout ce qui est en son pouvoir pour que la barque ne soit pas trop chargée. L'enjeu est d'importance.



 Si Er Rafik ratera Strassen dimanche prochain, il passera aussi très vraisemblablement son tour lors d'un déplacement périlleux à la Frontière, pour défier la Jeunesse. Ce sera le samedi 25 février et le FCD03 n'aura pas plus le droit à l'erreur qu'il ne l'avait à Niederkorn. Le hic, c'est qu'Er Rafik pèse 40 % des buts de son équipe depuis le début de la saison. Mais cela monte à 53 % (8 buts sur 15) sur les quatre dernières rencontres. 



«Cette expulsion est incompréhensible», juge Pascal Carzaniga, un peu moins acide que son président, Fabrizio Bei : «C'est désolant ce qui s'est passé. L'arbitre n'avait qu'à sortir les cartons bien plus tôt! Omar n'a jamais reçu de rouge de sa vie! Il n'a jamais été suspendu! Mais je ne veux pas trop me focaliser là-dessus, parce qu'on a un cadre de 22 joueurs.» De son côté, le joueur espère que le tribunal fédéral «verra les images» et qu'il prendra en compte le traitement dont il fait l'objet régulièrement. «À chaque fois que je démarre, je reçois un coup ou on me tire par le maillot. C'est usant à la fin.» Alors que le FCD03 n'a pas le droit de baisser de rythme, espérons que Lascak et Luisi, les remplaçants naturels en pointe ne seront, eux, pas usés par la concurrence dévorante d'Er Rafik, qui est trop indispensable à son équipe pour leur laisser autre chose que les miettes…



LE FIL DU MATCH



Le FCD03 aura douté cinq minutes.


8e Contre mené tambour battant par Almeida, qui isole Er Rafik sur le côté gauche. Son centre est repris du plat du pied par Holter, mais le ballon rase le poteau. 



13e Tentative de Caron, légèrement contrée cette fois. Là encore, ça file de peu à côté. 



21e À la lutte en un contre un à l'épaule, Bors parvient à passer devant Franzoni, qui semble l'accrocher. Pas penalty, dit M. Pires. 



62e Le centre d'Almeida est quasi parfait, mais plein axe, Er Rafik est trop court. 



63e Sur corner, contre favorable au FCD03, au point de penalty. Er Rafik, au deuxième poteau, traîne au bon endroit et bat Flauss en deux temps malgré sa belle extension et le retour d'un défenseur sur sa ligne. 0-1 



69e Action d'école du Progrès. Watzka s'appuie sur Laurent, qui remet d'une géniale petite talonnade dans la course de Bors, arrivé lancé. Son tir du droit est trop croisé et fuit le cadre. 



73e Il faut une belle détente de Flauss premier poteau pour empêcher le plat du pied puissant d'Er Rafik de finir au fond. 



77e Égalisation niederkornoise : sur un centre travaillé de Lafon, Bors pique premier poteau et attire Weber. Le portier est surpris que l'Allemand ne puisse reprendre. Au deuxième, Laurent a anticipé et rabat le ballon au fond de la tête. 1-1 82e Almeida élimine un S. Thill T.Mastrangelo NDLR) léger à l'épaule et centre à l'entrée de la surface, dans la course de May. Surpris, Ramdedovic tend la jambe et l'accroche. Penalty, transformé par Er Rafik. 1-2



Le curieux «4-2-4-0» niederkornois

Le Progrès a évolué sans véritable attaquant durant 45 minutes.



Allez, on balance : Fabio Marochi a eu un petit sourire gêné en remontant en tribune, au coup d'envoi de la deuxième période. «Je ne sais pas vraiment ce que c'est, le système qu'on joue aujourd'hui», a reconnu le président niederkornois. Rien d'accusateur dans ce constat puisque son équipe vient de passer globalement la première période sans encombre face au coleader de DN et que ce constat semble suffire à le mettre en joie. C'est juste que la méforme relative de Rémi Laurent, qui l'a forcé à attendre l'heure de jeu pour entrer, a accouché d'un schéma un peu particulier. Pascal Carzaniga a baptisé l'option tactique de son homologue, Paolo Amodio, «le 4- 2-4-0» : une ligne défensive normale, deux récupérateurs et deux milieux offensifs plutôt axiaux flanqués de deux attaquants (Bors et Barbaro) tellement excentrés à la perte de balle qu'ils évoluaient plus comme ailiers qu'autre chose. Clairement, le staff niederkornois souhaitait bloquer les couloirs de l'adversaire. Quitte à ne pas se procurer du tout d'occasion de but en première période et à évoluer... sans attaquant du tout. A Il y a bien deux tentatives de Bors, qui repique dès que ses milieux de terrain ont récupéré le ballon mais pour voir le 4e de DN enfin assumer le fait qu'il a théoriquement les individualités nécessaires pour déranger son voisin. C'est l'entrée en jeu de Laurent qui a un peu débridé tout le monde. Et permis à Amodio d'assumer un plan de jeu très strict : tenir le score le plus longtemps pour aller chercher quelque chose sur la fin. Est-ce l'aveu d'un complexe d'infériorité? Du réalisme mal placé? «Je suis déçu du ré- sultat, mais pas de la manière ou de la mentalité», assume le technicien niederkornois au coup de sifflet final. Qui a peut-être bien fait de la jouer prudente après que Carzaniga soit passé devant les micros pour dire que sa volonté affichée dans les médias de venir jouer le nul était «du bluff» : «On était venu là pour l'emporter! Et on avait plus de solutions qu'eux sur le banc, plus d'individualités!» Le Progrès, qui s'est même permis de positionner Alexis Lafon au poste d'arrière gauche («Ce n'était pas une découverte, a indiqué le gar- çon. J'avais déjà joué ce poste. Mais je ne sais pas si le coach va m'y laisser...») aurait-il tenu 90 minutes sans cette option du «4-2-4- 0»? Pas sûr. Maintenant, c'est ce que va nous proposer le Progrès derrière, qui nous importe. Déjà dépossédé de sa 4e place alors qu'on vient juste de sortir de la trêve, il aura quatre matches très abordables (Rumelange, Käerjeng, Mondorf, Rosport) d'ici à fin mars pour nous montrer l'étendue de son potentiel offensif. Qui vaut mieux que ce système bancal. J. M.









 



Powered by azurCMS