news

Derby dans la presse - 06.02.2017



Le derby, c'est à la baguette qu'il change?

DIVISION NATIONALE Samedi, la DN reprend avec un choc differdangeois. Si le Progrès pourrait l'aborder avec ses deux recrues allemandes devant, Hamzoui devrait avoir les clefs derrière Er Rafik côté FCD03.



Si le cas de Jordann Yéyé inspire un peu d'inquiétude chez le dauphin du F91, à Niederkorn, c'est le cas Rémi Laurent, sur le retour après un souci au pied mais qui a planté deux buts ce week-end en deuxième période contre Wiltz, qui soulève l'interrogation.



De notre journaliste Julien Mollereau



À sept jours d'un retour aux affaires, un coach peut-il faire autrement que de commencer un dernier match de préparation avec ce qu'il considère être, plus ou moins, comme l'équipe type qu'il a en tête? Voilà une question qui ferait forcément sourire Paolo Amodio et Pascal Carzaniga, qui se lanceraient sûrement tous deux dans de violents exercices de contorsionniste pour éviter d'y répondre. 

Logique : le mercato vient de s'achever et les deux clubs differdangeois ont recruté devant et de manière assez forte pour qu'on puisse se poser des questions sur le nouvel équilibre offensif qu'ils ont travaillé depuis cinq semaines. Qu'a-t-on vu ce week-end, dans l'anonymat des dernières rencontres amicales des deux clubs? Un Progrès qui a lancé son match contre Wiltz avec une défense devenue extrêmement classique depuis les petits pépins de santé de fin 2016 de Mastrangelo : une ligne à quatre Fiorani, Bouzid, Ferino, Soares. Devant eux, première information stratégique : la récupération était confiée au tandem Olivier Thill - Ramdedovic, Garos se «contentant» de la deuxième période, avec les entrées de nombreux jeunes du club. Une première indication forte? 

Toujours est-il que c'est devant, qu'il y avait à voir. Sur ce point, on n'a pas été déçu : Amodio a lancé son dernier amical avec un axe entièrement allemand, total look recrutement : Maximilian Watzka en meneur de jeu, David Bors en pointe. La force du choix est en grande partie atténuée par les petits pépins physiques qu'a connus Rémi Laurent durant la préparation, à la suite d'un coup reçu lors du dernier match de l'année 2016, contre le Titus, mais force est de constater que le Français, meilleur buteur du club, est potentiellement encore un peu juste pour débuter, a fortiori lors d'un derby. 

Autres indications sur les flancs : Menaï, touché au tibia lors du stage à Troyes et Poinsignon, en délicatesse avec ses adducteurs, ne semblent pas capables, pour l'heure, de contester les couloirs à Lafon et Sébastien Thill.



Le FCD03 sans Jänisch?



Differdange n'a pas autant à composer, a priori. Sa défense de la répétition générale, contre le Fola, a dû faire l'impasse sur Franzoni (remplacé poste pour poste par May) pour cause d'une petite élongation qui ne devrait pas remettre en cause sa participation, samedi après-midi. Mais surtout, Carzaniga va devoir trancher entre Rodrigues et Jänisch à gauche et contre le club eschois, ce n'est pas l'international qui a semblé être en position de force... 

Le reste est très traditionnel. Pendant que Yéyé tente de régler un problème de cheville aussi vite que possible, Caron et Almeida gardent les flancs avec Holter et Fleurival pour monter la garde. Er Rafik est intouchable en pointe. Derrière lui s'est installé Hamzaoui, recruté pour ça et qui paraît être passé devant Bettmer, Ribeiro et Sinani (suspendu). C'est donc bien par devant que ce derby va renouveler le genre, dans six jours, au stade JosHaupert.



 Dino Ramdedovic et le Progrès avaient souffert au cours du match aller, lors d'un derby bien maîtrisé par le FCD03. Et samedi? Photo : Mélanie Maps 





La BGL Ligue à l'heure de la reprise

Progrès: la quatrième place sinon rien

Le Progrès est passé par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel depuis le début du championnat. Fabien Tissot a fait les frais d'un début de saison mitigé et Paolo Amodio a redonné du consistant à un groupe pétri de qualités, mais pas toujours facile à gérer.

A huit points d'un podium qui semble inaccessible, le Progrès veillera à sécuriser une quatrième place qui pourrait à nouveau offrir un billet européen. Une entreprise qui passera par davantage d'efficacité devant le but adverse.



L' équipe du F.C. Progrès Niederkorn 2016/2017. Photo F.C.P.N. Cordebar L. 



Le top

Rémi Laurent

Comment faire taire les sceptiques qui ont vu en l'attaquant français un clone de Giuseppe Rossini? Pas dans le style de jeu, mais à travers une trajectoire bien mal barrée. En faisant ce que le buteur patenté de l'AS Vitré sait faire de mieux: secouer les filets adverses. Sur les cinq derniers matches de l'année, le Français a marqué six buts dont un triplé et un doublé. Laurent a presque inscrit un but toutes les cent minutes. Pas mal pour quelqu'un qui a eu du mal à s'acclimater.

Le flop

Olivier Cassan

On arrive à se demander comment un garçon aussi talentueux passé par le FC Metz a pu exploser en vol de cette manière? Le club n'a guère communiqué sur ce départ précipité, mais de source interne, la cohabitation était devenue très compliquée avec certains joueurs du vestiaire niederkornois. Cinq bouts de match plus tard et le milieu de terrain se retrouvait sur la touche... et sur le marché des transferts. Käerjéng s'est jeté sur l'occasion. Cassan a une revanche à prendre. Et l'UNK un sacré challenge à relever. Sera-ce un deal gagnant-gagnant?



Mercato

Arrivée(s)

Maximilan Watzka (Viktoria Berlin/ALL)

David Bors (Bonner SC/ALL)

Ricky Borges (U19 Progrès)



Photo F.C.P.N. Cordebar L. 

Départ(s)

Olivier Cassan (Käerjéng)

Samuel Dog (Rodange)

Tim Lehnen (Racing)



Entraineur



Le coach paomo Amodio. Photo F.C.P.N. Cordebar L. 



Tiens, tiens, qui revoilà au stade Jos Haupert? Paolo Amodio bien sûr. Parti à la fin de la saison 2013-2014 alors que son contrat courait toujours, l'ancien attaquant de la sélection est allé se refaire une santé du côté de Lamadelaine puis du Titus Pétange avant de se retrouver le bec dans l'eau. Niederkorn, qui allait droit dans le mur avec Tissot, s'est rappelé aux bons souvenirs de son ancien joueur. A 43 ans, voilà Amodio reparti dans un nouveau challenge à la tête d'un groupe que l'on dit très compliqué à gérer. Les dix points récoltés lors des cinq derniers matches laissent à penser qu'il tient le bon bout. Même si la route est encore longue...




Powered by azurCMS