news

F.C. Progrès Niederkorn - A.S. Jeunesse Esch Presserevue - 07.11.2016



BGL Ligue, 10. Spilldag




Progrès Nidderkuer - Jeunesse  1:1 (1:0) 




Déi éischt grouss Chance haten d'Gäscht aus Esch. Et war den Corral deen sech gutt op der lénker Seit duerchgesat hat an de Ball an d'Mëtt ginn huet op de Martins, d'Chance awer net verwerten konnt. Keng Minutt méi spéit konnt de Progrès Nidderkuer an de 4. Minutt duerch de Laurent den 1:0 marquéieren. Vun do aus un ass de Match méi roueg ginn. Et gouf nach gutt Aktiounen op béiden Säiten, mee et sollt awer keen Gol méi falen virun der Paus.




D'Jeunesse hat no der Paus direkt zwou grouss Chancen. Zweemol hunn se aus der Distanz geschoss, eng Kéier war et de Kühne an déi zweete Kéier war et de Martins, mee zweemol hat de Flauss am Gol gutt reagéiert. D'Jeunesse huet awer weiter op de Goal gedréckt a konnt an der 62. Minutt duerch de Kühne nees ausgläichen. Beim Progrès wollt an der zweeter Halschent net méi vill zesummenlafen. Déi éischt grouss Chance koum eréischt an der 72. Minutt. 5 Minutten méi spéit hat Nidderkuer nach eng weider gutt Occasioun. Den Olivier Thill koum no engem schéine Solo fräi zum Schoss, mee den Oberweis konnt de Ball in extremis paréieren. Zum Schluss trennen sech béid Equipen hei mat engem 1:1. En gerecht Resultat iwwer 90 Minutten gekuckt, och wann Nidderkuer vläicht bëssen mei nach vum Spill haat. Ee Punkt fir béid Formatiounen, dat bréngt kenger Équipe wierklech vill.


http://www.rtl.lu/sport/football/973736.html





Marvin Martins et la Jeunesse peuvent encore nourrir de sacrés regrets. Malgré une très belle production, ils repartent de Niederkorn avec un petit point seulement. Photo : Julien Garroy


Simples questions de testicules



BGL LIGUE (10e JOURNÉE) Leur virilité a été remise en cause, à l'issue du 16e de Coupe à Differdange, par Pascal Carzaniga. Alors, les Eschois ont montré la testostérone chez le voisin niederkornois. 



«Ils n'ont pas joué avec leurs couilles», avait lâché une semaine plus tôt le technicien differdangeois à l'encontre de la Jeunesse, trop timorée à son goût lors du 2-0 qui expédiait les siens au tour suivant. Contre le Progrès, la Jeunesse s'est enfin lâchée. Mais même cela, c'était calculé…



De notre journaliste Julien Mollereau



Les options tactiques de Carlo Weis, on aime ou on n'aime pas. Il y a une semaine, Pascal Carzaniga, en tant qu'entraîneur adverse, avait usé de son droit d'avoir un avis après que son homologue eut jugé, quelques minutes plus tôt, que sa Jeunesse, avait «eu beaucoup plus d'occasions» que Differdange. Visiblement, «Caza» n'a pas aimé : «On a eu affaire à une forteresse. Ils ont joué comme s'ils menaient 0-3 alors que c'était 1-0.» Il est juste question de s'y faire puisque, depuis le début de saison, la Jeunesse calcule tout.



Or on lui a enfin découvert un côté débridé, foufou, sur la pelouse du stade Jos-Haupert, contre un Niederkorn toujours capable d'extraordinaires fulgurances, mais encore largement convalescent. Et les hommes de Weis, qui ont étouffé leur adversaire pendant une grande partie de la deuxième période, ont bien failli perdre un match couperet par trop grande envie de le gagner.



Largement devant au nombre d'occasions de but (avec notamment environ deux fois plus de tirs que son hôte), la Vieille Dame a poussé et consenti à l'idée de se mettre en danger pour une fois. Encore que… «La différence entre le FCD03 et le Progrès, analyse Carlo Weis, c'est que le premier n'a presque que des attaquants capables de jouer le contre, avec de grosses pointes de vitesse. Pas Niederkorn, hormis Poinsignon. Il était donc plus facile de jouer haut et de prendre des risques qu'une semaine plus tôt.» 


Sans Stumpf jusqu'en 2017?


Dommage que la Jeunesse n'ait fini par lâcher prise que parce que ce sont les qualités de son adversaire qui l'y autorisaient. Parce que ce qu'elle a démontré c'est que son jeu était non seulement convaincant, mais aussi porteur sur le plan des occasions. Et comme elle ne s'offre pas souvent l'occasion de prouver qu'elle joue bien mieux au football que la saison passée… C'était tout de même couillu d'aller au-delà de la simple révolte après une première période terne. Weis, à la pause, avait réagi en sortant un Portier à la limite du rouge sur un vilain tacle (mais qui s'en était sorti blanc comme neige). Pas pour préserver son défenseur et protéger son onze, mais plutôt pour faire entrer Pinna dans le couloir et apporter plus d'allant offensif. En recentrant aussi Martins pour l'installer au cœur du jeu et en remettant Sardarian côté gauche. La différence fut énorme. Couillue, serait le mot approprié, une semaine après Differdange.


D'ailleurs, sa virilité, la Jeunesse l'a aussi retrouvée dans l'engagement. Le rouge que n'a pas reçu Portier, c'est Stumpf qui en a hérité pour un attentat avec un «A» majuscule sur Ferino dans les arrêts de jeu. «De la frustration», imagine Weis, bien embêté. Son avant-centre, auteur de 50 % des buts de son équipe depuis le début du championnat, en prendra facilement pour deux à trois rencontres (plus sûrement trois d'ailleurs) et ne rejouera peut-être plus en 2016. Ce sera beaucoup plus dur de calculer en son absence : la Jeunesse n'a tout simplement pas d'alternative crédible. Il lui faudra de la moelle pour survivre à ça. Ça tombe bien : a priori, elle en a.


Weis bien fâché

Une question de la presse a dérapé, samedi soir, quand le coach eschois a deviné qu'on lui demandait s'il pourrait commencer à se sentir menacé alors que son équipe n'a gagné que deux de ses huit dernières rencontres. «Après un match comme ça? Mais quelle question con! Je vois très bien où vous voulez en venir. Vous croyez vraiment que la Jeunesse, avec le budget qui est le sien, peut ambitionner de jouer le top 3?» Au moins, la réponse a le mérite d'être claire. 



LE FIL DU MATCH



4e Passe géniale d'O. Thill dans le bon tempo et sur la profondeur. Laurent fixe sans souci Oberweis. 1-0 

18e Fiorani se troue et laisse Corral s'envoler. Au premier poteau, Stumpf va conclure à deux mètres du but mais Bouzid le gêne. Flauss capte sur sa ligne. 

43e Menaï gicle plein axe sur un bon ballon de Poinsignon. Il est signalé hors-jeu. Cela n'empêche pas une parade miracle d'Oberweis sur sa ligne. 

47e Kühne arme du gauche. Début du show Flauss, qui repousse. 

52e Stumpf dévie de la tête vers Delgado, seul au deuxième poteau, mais qui ne prend pas ses responsabilités et lâche le ballon à Sardarian, juste à ses côtés... repris par Bouzid au moment de conclure. 

62e Corral décoche son centre. Kühne gicle et transforme l'essai de la tête, malgré un Flauss tout près de repousser son essai. 1-1 

64e Énorme perte de balle de Bouzid, pressé par Mertinitz, qui donne une offrande à Stumpf, seul face au but vide, mais qui trouve le moyen de buter sur Flauss, sorti à sa rencontre avec  % de chance de s'interposer... 

74e Réaction du Progrès, enfin. Oberweis doit se montrer très vigilant sur une reprise compliquée d'O. Thill. 

77e Oberweis encore décisif : il s'étend de tout son long pour empêcher O. Thill de conclure son raid par un joli but à ras de terre.




Attraktiv, spannend, gerecht

PROGRÈS NIEDERKORN - JEUNESSE ESCH 1:1 (1:0)


Patrick Stumpf (r., Jeunesse) holte sich in den Schlusssekunden Rot für dieses Foul an Ferino ab. Foto: Gerry Schmit.


Carlo Barbaglia


Nach einem unterhaltsamen und interessanten Fußballspiel trennten sich Progrès Niederkorn und Jeunesse Esch am Samstagabend mit einem insgesamt leistungsgerechten Unentschieden.



Kein langes Abtasten gab es im sogenannten Krisenduell. Bereits in der 3. war Corral auf und davon, seine Hereingabe verpasste Martins am zweiten Pfosten nur um Haaresbreite. Gleich im Gegenzug fiel der erste Treffer der Partie. Nach einem Zuckerpass von O. Thill tauchte Laurent allein vor Gästekeeper Oberweis auf und mit einem Flachschuss erzielte der Niederkorner Neuzugang das 1:0.



Die Jeunesse zeigte sich aber keineswegs geschockt, die Escher waren in der Folgezeit bemüht, so schnell wie möglich zum Ausgleich zu kommen. In der 18. war Corral seinem Gegen

spieler Fiorani enteilt, doch auch Stumpf konnte seine Hereingabe nicht verwerten. Bis zur Pause verlief die Partie ausgeglichen, glasklare Torchancen waren jedoch eher selten. Wild entschlossen kamen die Escher aus den Kabinen. Die Jeunesse drängte nun mit aller Macht auf den Ausgleich. Heimkeeper Flauss rückte immer mehr in den Mittelpunkt und entschärfte binnen einer Minute gleich zwei Versuche von Kühne und Martins.



Die Schwarz-Weißen gaben nun eindeutig den Ton an und der Ausgleich war nur noch eine Frage der Zeit. In der 62. war es dann so weit. Nach einer Flanke von Corral köpfte Kühne das Leder zum 1:1 in die Maschen. Nur 2' später hätten die Gäste sogar in Führung gehen müssen. Stumpf scheiterte nach einer Hereingabe von Mertinitz aber völlig freistehend am blendend reagierenden Flauss. Langsam erwachten auch die Niederkorner aus ihrem Dornröschenschlaf und in der Schlussviertelstunde

waren die Hausherren wieder die torgefährlichere Mannschaft. Plötzlich musste Jeunesse-Keeper Oberweis sein ganzes Können unter Beweis stellen. Nach einem sehenswerten Solo von O. Thill bewahrte der ehemalige Nationalkeeper sein Team vor einem weiteren Gegentor. Das attraktive und spannende Spiel endete durch das grobe Foul von Stumpf an Ferino aber leider mit einer unschönen Szene. 



Trainerstimmen 



Paolo Amodio (Niederkorn): „Aufgrund des Spielverlaufs in der zweiten Halbzeit, wo sich die Jeunesse zu Beginn eine ganze Reihe von guten Torchancen herausspielte und wir mächtig unter Druck gerieten, müssen wir mit dem Punkt zufrieden sein. In Hälfte eins waren wir allerdings die etwas bessere Mannschaft, das 1:1 geht somit in Ordnung.“



Carlo Weis (Jeunesse): „In den ersten 30' fanden wir nicht zu unserem Spiel. Niederkorn war gut organisiert und ließ nur wenig zu. Im zweiten Abschnitt haben wir unser Spielsystem umgestellt und hätten das Match für uns entscheiden können, Stumpf hatte die Riesenchance zum Führungstor. Im Endeffekt ist das Ergebnis aber gerecht.“





Schiedsr.: Monteiro - Ramic, Mateus

Gelbe Karten: Garos, Ramdedovic, O. Thill, De Sousa - Martins, Sardaryan, Mertinitz 

Rote Karte: Stumpf (90.+3, grobes Foulspiel) Torfolge: 1:0 Laurent (4.), 1:1 Kühne (62.) 

Beste Spieler: Flauss, Poinsignon, O. Thill - Kühne, Corral, Oberweis 

Zuschauer: 680 zahlende 

Der Coole: Jeunesse-Trainer Carlo Weis stand praktisch die gesamten 90' über ruhig und fast regungslos mit beiden Händen in der Tasche am Spielfeldrand. Nach dem Schlusspfiff reagierte er jedoch leicht angefressen auf eine seiner Meinung nach unangebrachte Reporterfrage.

Die Unauffälligen: Schiedsrichter Monteiro und seine beiden Assistenten hatten die Partie jederzeit sicher im Griff, waren diskret und trafen fast immer die richtigen Entscheidungen.

Der Aufgebrachte: Adrien Ferino wurde in der Nachspielzeit von Stumpf böse gefoult. Der Niederkorner Abwehrspieler war nach dem Schlusspfiff immer noch aufgebracht und kaum zu beruhigen.





10e journée de BGL Ligue

Le Progrès et la Jeunesse partagent les points



Tony Mastrangelo (Progre?s) à la lutte avec Ashot Sardarian, Niederkorn et la Jeunesse ne pourront se départager. Photo: Yann Hellers



Après leur élimination respective en Coupe de Luxembourg, retour à la BGL Ligue pour le Progrès et la Jeunesse qui se quittent sur un score de parité (1-1). Une partie animée, riche en occasions mais dont le résultat n'arrange personne. 



Par Thibaut Goetz



Le match. La rencontre démarre par un débordement de Corral côté droit, son centre arrive jusqu'au deuxième poteau mais Martins en bout de course ne peut rabattre la trajectoire du ballon (3e). Et le Progrès va subitement prendre les devants: Olivier Thill adresse une passe d'une précision chirurgicale à Laurent qui d'une frappe croisée ouvre le score (1-0, 4e). Sur sa première occasion le Progrès de Paolo Amodio punit la Jeunesse.



La Jeunesse tente de revenir immédiatement dans le match, et après un nouveau déboulé et un centre de Corral, Stumpf est tout proche d'égaliser mais Flauss veille au grain (18e). C'est ensuite au tour de Poinsignon de se signaler, mais la frappe du niederkornois fuit le cadre (23e). Parti sur de bonnes bases la première mi-temps termine sur un rythme moins intensif, et Sardarian tente sa chance mais son tir manque de puissance (29e).



Egalisation méritée



La Jeunesse se réorganise avec l'entrée de Pinna à la place de Portier. La charnière centrale se compose désormais de Todorovic et de Delgado. Et les hommes de Carlo Weis repartent pied au plancher. Kühne et Martins obligent successivement Flauss à intervenir (46e, 47e). Bien organisé, le milieu de terrain de la Jeunesse est vigilant sur chaque contre du Progrès. Et l'égalisation eschoise qui était dans l'air finit par arriver : Corral au centre trouve la tête de Kühne (1-1, 61e).



Flauss va ensuite sauver la mise aux siens, il sort un tir de Stumpf alors complètement seul au point de penalty (64e). Kühne encore lui met de nouveau Flauss à contribution mais cette fois du droit (67e). Le Progrès à plus de peines à se procurer des occasions, mis à part une frappe à ras de terre de Poinsignon (71e). Olivier Thill d'un geste acrobatique pousse peu de temps après Oberweis à la parade (73e). Thill à nouveau après un slalom dans la défense tente sa chance et oblige de nouveau Oberweis à intervenir (77e).



Au final le partage des points est logique même si la fin de match est gâchée par un geste très dangereux de Stumpf sur Ferino, l'avant-centre de la Jeunesse voit rouge directement. 



La note. 12/20. Une très bonne entame en première mi-temps, du rythme et des occasions de part et d'autres avant une baisse d'intensité précédant la pause. Une deuxième période entamée tambour battant par la Jeunesse qui obtient une égalisation méritée. Au final un nul logique.



Le fait du match. L'occasion manquée de Stumpf. Juste après l'égalisation la Jeunesse pousse, et sur un contre Stumpf se retrouve seul dans la surface du Progrès, avec néanmoins un partenaire à sa droite. Il choisit la frappe que tout le monde voit terminer au fond, mais au final Flauss détourne en corner. 



L'homme du match. Johannes Kühne. Au four et au moulin ce samedi soir le milieu de la Jeunesse. Très précieux à la récupération et dans les reconversions offensives c'est aussi lui qui de la tête à permis aux Bianconeri de ramener un point du stade Jos Haupert. 



FC Progrès Niederkorn - AS Jeunesse Esch 1-1

Stade Jos Haupert, pelouse en bon état, arbitrage de M. Monteiro assisté de MM.Mateus Santos et Ramic, 680 spectateurs payants. Mi-temps : 1-0



Evolution du score : 1-0 Laurent (4e), 1-1 Kühne (62e).



Corners : 4 (2+2) pour le Progrès, 2 (0+2) pour la Jeunesse.



Cartons jaune : Garos (51e), Ramdedovic (79e), O. Thill (84e) pour le Progrès De Sousa (90+3), Martins (28e), Sardarian (40e), Mertinitz (53e) pour la Jeunesse



Carton rouge: Stumpf (90+3, agression sur Ferino)



PROGRÈS : Flauss ; Mastrangelo, Ferino, Bouzid (cap.), Fiorani ; S. Thill (70e Neves), Garos ; Menaï (61e Ramdedovic), O. Thill (85e Soares), Poinsignon ; Laurent.



Joueurs non utilisés : Machado, Lehnen.



Entraîneur : Paolo Amodio



JEUNESSE : Oberweis (cap.) ; Lapierre, Portier (46e Pinna), Delgado, Todorovic ; Corral, Kühne, Mertinitz, Sardarian, Martins ; Stumpf.



Joueurs non utilisés : Papadopoulos, Peters, Deidda, Soares.



Entraîneur : Carlo Weis.



Ils ont dit

Hakim Menaï (Progrès): «Sur la première mi-temps on mérite de mener au score. Et en deuxième on a montré un autre visage. Heureusement qu'on avait un grand gardien ce soir avec nous, félicitations à lui. »



Adrien Ferino (Progrès): «Si la saison de Stumpf n'est pas terminée après ce qu'il a fait, c'est que les arbitres et les journalistes ne font pas leur boulot.»



Carlo Weis (Jeunesse): «Lors des premières 30 minutes, nous n'étions pas bien, les Thill nous ont posé des problèmes au milieu. On a changé le système et cela allait mieux ensuite. Aujourd'hui on voulait la victoire et l'occasion de Stumpf pour le 1-2 laisse un peu de regrets.»



 




 


Powered by azurCMS