news

Interview Fabien Tissot - 27.09.2016



«On va survivre»




BGL LIGUE Mais qu'est-ce qui va de travers au Progrès Niederkorn? Fabien Tissot n'a identifié qu'un souci : «l'absence de tueur».





Modeste 7e à sept longueurs du podium,huitième attaque de DN seulement,le club niederkornois est loin,très loin de ses ambitions de début de saison. Son coach, Fabien Tissot, ne dramatise pas, mais sait quand même qu'il commence à y avoir urgence.


Entretien avec notre journaliste Julien Mollereau


Fabien Tissot n'a pas encore essayé la magie pour faire marquer ses joueurs, et il n'y pense pas encore. Photo : Julien Garroy


Le Progrès est dans le dur en ce moment.

Fabien Tissot : On va survivre. Et puis on va travailler. 

Vous semblez calme. Mais vous ne vous attendiez pas à ça quand même?

C'est sûr qu'il s'agit d'une période difficile. Parce qu'on sort de belles productions, qu'on se crée des occasions, mais qu'on n'est pas performants dans les zones de vérité, c'est-à-dire les plus importantes, là où les différences se font.


Là où vous avez de nombreux joueurs d'expérience d'ailleurs.

Et c'est là où on est perfectibles. Mais ce ne sont pas des choses que l'on peut anticiper. C'est pourtant flagrant sur les deux derniers matches: on est naïfs. Et on n'a pas de tueur.

Le tueur, ce n'était pas censé être Rémi Laurent?

En ce moment, il n'est pas en réussite. Vu ses statistiques en France, ce n'est pas une situation qu'il a dû connaître souvent. J'ai moi-même été attaquant. Et on a tous connu ces périodes. Il doit savoir comment faire. Son staff et ses coéquipiers doivent l'aider à passer ce cap. Mais attention, moi, je n'ai jamais dit que tout reposait sur lui hein! Il ne faut pas faire une fixation sur lui, tout ne doit pas reposer sur lui. D'ailleurs, l'animation offensive ne repose pas sur lui! Et puis mes défenseurs et mes milieux ont aussi le droit de marquer. On ne doit pas aller vers une hyper dépendance.


Vous ne vous étiez pas dit, après Rumelange et la très belle prestation du duo Laurent-Lafon que ça y était, que pour eux, c'était parti!

Si, je me l'étais dit aussi. Mais il faut qu'ils reprennent tous les deux confiance. Qu'ils fassent des répétitions d'enchaînement à l'entraînement.


Lafon était remplaçant pour la première fois à Mondorf, dimanche...

Je n'ai pas à envoyer de signal à qui que ce soit! J'ai toujours dit que l'on faisait partie d'un groupe. C'est un garçon qui est assez intelligent pour juger tout seul sa production en match.


Votre grande frustration ne provient-elle pas du fait que votre équipe, malgré tout, joue bien? Les Mondorfois ont indiqué après la rencontre que le Progrès était la meilleure équipe qu'ils aient joué...

Ça commence à me saouler qu'on dise ça à chaque fois. Ça ne m'intéresse pas... même si notre salut, justement, passe par le jeu.


Certains, justement, ne surjouent-ils pas un peu en voyant que cela bloque devant, au risque de vous exposer?

On fait effectivement quelques erreurs qu'on paie cash, même sans danger imminent. Et même sur phases arrêtées, d'ailleurs, on est déficients.


Vous rejouez dès jeudi. C'est trop tôt ou c'est parfait?

Ça permet de ne pas cogiter éternellement. Pour travailler, on aura la trêve internationale. Mais là, il vaut mieux repartir tout de suite de l'avant.




Powered by azurCMS