news

U.S. Mondorf vs F.C. Progrès Niederkorn presserevue - 26.09.2016



Le Progrès a encore besoin de temps

BGL LIGUE (6e JOURNÉE) Dominer n'est pas gagner, voilà le plus gros souci actuel d'un club niederkornois où on va donner du temps à son entraîneur et son groupe pour trouver des solutions. 



Mondorf n'a pas vu le ballon pendant une bonne partie du match mais, au final, a récolté les trois points.



De notre journaliste Julien Carette


Le que le foot peut être parfois cruel. Hier, au stade JohnGrün, alors que le tableau d'affichage indiquait la 66e minute, Semedo centrait pour Yao, esseulé au deuxième poteau, qui n'avait pas de peine à tromper Flauss pour mettre Mondorf au commandement. Un but inscrit totalement contre le cours du jeu qui changea évidemment celui du match et à la base duquel on retrouvait une perte de balle d'un Sébastien Thill qui avait été jusque-là un des meilleurs hommes sur la pelouse (on ne l'a pour ainsi dire plus vu par la suite). Un but qui fut confirmé quelques minutes plus tard par une deuxième réalisation, cette fois signée par Kaewu.


Cruel pour des joueurs du Progrès qui avaient confisqué le ballon durant pratiquement toute la première heure de jeu contre un Mondorf qui s'était, lui, montré incapable pendant ce temps-là de se projeter vers l'avant et de se montrer dangereux.


Rémi Laurent, l'attaquant français de Niederkorn, ne semble guère en confiance pour le moment. 


 Les Mondorfois eux-mêmes expliquaient après la rencontre que ce Progrès est «l'équipe qui joue le mieux au foot en BGL». Cela fait une belle jambe à Fabien Tissot, l'entraîneur niederkornois. «Être bons dans les zones de vérité, c'est ça le plus important en football. Et force est de constater qu'on ne l'a pas été à ce niveau-là...», pestait le technicien français. «On prend un but sur une perte de balle, le deuxième sur une erreur de marquage sur un corner et devant, on n'est pas assez tueurs dans la surface.» Ce n'est pas la première fois cette saison que les Niederkornois affichent des soucis à la conclusion, c'est même devenu un problème récurrent depuis les trois coups.


En attendant, pendant que Mondorf affiche un bilan de 10 points sur 18 (en ayant été battu que par le Fola et le F91), le Progrès, lui, en est à 7 petites unités. «C'est évidemment loin de nos objectifs», déclarait Thomas Gilgemann, le directeur sportif. «Dans l'engagement, il n'y a pas grand-chose à dire, les joueurs ont montré de l'envie. Le coach a évolué pour la première fois à quatre devant (Poinsignon et S. Thill sur les ailes, Menaï en neuf et demi et Laurent en pointe). Cela a porté ses fruits en termes de mouvement, pas à la conclusion. On a un souci dans la zone de vérité... Mais pour que la mayonnaise prenne dans un groupe, cela prend parfois du temps. Il faut savoir être patient.» 


C'est sans doute une des leçons retenues de la saison dernière du côté du Progrès. En foot, on ne parvient que rarement à avancer en chamboulant tout tous les six mois...


VESTIAIRES

«Mondorf ne peut pas perdre face au Progrès»

Arno Bonvini (entraîneur de Mondorf) : «On savait que le Progrès allait bien débuter et qu'il fallait rester très discipliné. Qui plus est, on jouait en première mi-temps contre le vent. Worré a alors su nous garder dans le match. Et, sur la deuxième période, on a montré qu'on méritait de l'emporter.» Mohamed Nabli (Mondorf) : «La victoire contre le Progrès a toujours un goût spécial. Depuis trois ans et notre montée en BGL Ligue, nous avons toujours gagné contre eux. Mondorf ne peut pas perdre contre le club niederkornois. Et cette année, on est encore plus solides que l'an passé.» 




Progrès braucht eine Kur 

USM - PROGRÈS 2:0

Carlo Barbaglia.


Die Erfolgskurve von Mondorf zeigt aufsteigende Tendenz, der Progrès hingegen musste nach der unerwarteten Heimpleite am letzten Spieltag gegen Aufsteiger Käerjeng einen erneuten Rückschlag hinnehmen und braucht in den kommenden Tagen dringend eine Erfrischungskur.


Die Gäste waren äußerst aktiv, hatten auch die mit Abstand größeren Spielanteile und folglich die besseren Torchancen, doch USM-Keeper Worré hielt mit einigen starken Paraden seinen Kasten sauber. Trotz Dominanz der Schwarzgelben und Versuchen von S. Thill und Laurent endete die erste Halbzeit torlos. Mehr als schmeichelhaft für Mondorf: Das Gastgeberteam konnte in Durchgang zwei das Spiel aber ausgeglichener gestalten und in der 54. hatte Neuzugang Barbosa sogar die bis dahin beste Mondorfer Torchance, der USM-Stürmer scheiterte aber an Gästekeeper Flauss. Praktisch im Gegenzug landete ein Versuch von Laurent knapp neben dem Kasten und in der 63. entschärfte Worré einen weiteren Versuch von S. Thill. 


Wer seine Chancen nicht nutzt, wird bestraft, und genau das passierte in der 66, als Yao nach Flanke von Semedo das 1:0 für die Heimelf erzielte. Niederkorn war geschockt und in der 75, versetzte Barbosa nach Ecke von Ketlas dem Progrès per Kopfball den endgültigen Gnadenstoß.


Stimmen Arno Bonvini (Mondorf): „Der Gegenwind und der Offensivschwung der Niederkorner machten uns in Halbzeit eins sehr zu schaffen. Meine Mannschaft zeigte über das gesamte Match aber eine vorbildliche Disziplin und aufgrund der Steigerung im zweiten Durchgang ist unser Sieg nicht mal unverdient.“


Fabien Tissot (Niederkorn): „Erfolgsdruck gehört vor jedem Spiel dazu, sowohl für die Spieler als auch für den Trainer. Wer seine Torchancen aber nicht nutzt, kann kein Spiel gewinnen.“




Schiedsrichter: Durieux - Da Silva Vaz, Genin



Gelbe Karten: Haddadji, Yao, Ketlas, Barbosa, Scanzano, Marques - Garos



Torfolge: 1:0 Yao (66.), 2:0 Barbosa (75.)



Beste Spieler: Worré, Semedo, Ketlas Poinsignon, S. Thill



Zuschauer: 550 zahlende



Spieler des Spiels: Patrick Worré, der Mondorfer Keeper, hielt mit zahlreichen Paraden die Null und war gestern erneut ein mehr als zuverlässiger Rückhalt.





Sixième journée en BGL Ligue

Mondorf enfonce le Progrès, Dudelange prend de l'avance sur le Fola


Samir Ketlas est à la base des deux buts mondorfois qui plombent encore un peu plus le moral de Dog et du Progrès. 

Photo: Christian Kemp


Dominé pendant une heure, Mondorf a piégé le Progrès en inscrivant deux buts. Dudelange a fini par terrasser Rosport. Le champion en titre prend deux points d'avance sur le Fola, freiné par la Jeunesse (2-2). Le Racing a émergé en fin de match pour rester au contact du peloton de tête.

Par Christophe Nadin

Faut-il y voir les effets d'un été indien persistant, mais les artilleurs de BGL Ligue n'étaient pas pressés de dégainer ce dimanche après-midi. Quatre nuls vierges à la pause et des doutes qui s'installent.

Comme au Progrès, dominateur en première période face à une équipe de Mondorf incapable de se reconstruire offensivement. Sauvée par l'inoxydable Worré, auteur de plusieurs arrêts dont un magnifique sur un faux rebond, l'USM a fait le dos rond pendant une heure puis a exploité sa seconde nette occasion. 

Cabral avait perdu un duel à la 53e avec Flauss. Puis sur une perte de balle de S. Thill au coeur du jeu, Ketlas lançait Semedo sur la droite. Yao héritait au second poteau du centre du latéral et plaçait dans l'angle fermé pour mettre ses couleurs devant (1-0, 66e). 

Dix minutes plus tard, Ketlas délivrait un corner pour Cabral. La tête croisée du transfuge rumelangeois faisait mouche et offrait une victoire inespérée à Mondorf au regard de la domination et des occasions visiteuses.

Ce succès installe Mondorf dans la première partie de classement alors qu'au Progrès, le cauchemar de la saison dernière pointe à nouveau son nez. 




Après la défaite 0-2 à Mondorf

Fabien Tissot: «Un manque de confiance et de conviction»


Le message de Fabien Tissot passe-t-il encore dans les rangs niederkornois? Photo: Christian Kemp


Parfum de crise au Progrès après la défaite deux buts à rien à Mondorf. L'entraîneur Fabien Tissot élude le mot, mais pointe du doigt les manquements de son groupe. Pas d'efficacité devant le but et des lacunes défensives criantes. Face à Rosport, ça passe ou ça casse!

Propos recueillis par Christophe Nadin

Fabien Tissot, quels sentiments vous anime après cette défaite?

De la colère, de la frustration et de la déception. Un peu tout mélangé. On a eu beaucoup de bonnes intentions, mais en football, il faut être efficace dans les zones de vérité et on ne l'a pas été. Tant en attaque qu'en défense. On manque de réalisme au regard du match. On n'a pas cet esprit tueur. Et sur leur première frappe, on encaisse. 

Pourquoi ces manquements?

C'est un tout. Un manque de confiance, de conviction et d'envie. Que ce soit devant le but pour couper les trajectoires ou en zone défensive où on laisse un adversaire seul. Il n'y avait pas de marquage sur le corner qui amène le second but. La punition tombe.

Le groupe vous donne-t-il satisfaction en semaine?

Oui, mais ça fait deux matches où on a le monopole du jeu et on se crée des situations de but mais ce sont deux matches où on est incapable de ne pas prendre de but. Cela commence à faire beaucoup. Il manque des choses. Envie, détermination et efficacité, voilà ce qui fait la différence.

Est-il encore trop tôt pour parler de crise?

Quand on reste sur deux mauvais résultats, on se doit de réagir. Et ce, dès jeudi contre Rosport!


 


 


 


 


 


 

Powered by azurCMS