news

F.C. Differdange 03 vs F.C. Progrès Niederkorn presserevue - 13.08.2016

Vendredi en BGL Ligue

Differdange sans forcer



Dwayn Holter (FCD03, en rouge) devance l'intervention du capitaine du Progrès, Ismaël Bouzid. Photo: Fernand Konnen



(ER) - Differdange reste le maître de la commune après sa victoire 2-0 sur son voisin du Progrès, ce vendredi soir pour le compte de la 2e journée de BGL Ligue. Un succès logique devant des visiteurs peu inspirés.  

Le match

Du public et des conditions de jeu excellentes, tout était réuni pour vivre un joli derby. Si Fabien Tissot avait choisi de jouer la carte de la continuité par rapport à la semaine dernière, Pascal Carzaniga entamait les débats avec le trio Bettmer-Holter-Caron. L'équipe locale prenait le jeu à son compte et trouvait la faille après seulement 13 minutes, une reprise de la tête de Vandebroeck était repoussée par Flauss et Er Rafik ne se privait pour pousser le cuir dans le but (1-0).

Une entame de match idéale pour les Differdangeois qui gardaient la mainmise sur les débats alors que les Niederkornois se contentaient de quelques éclaircies. Le match prenait sa tournure définitive à la 38e minute. Bettmer était arrêté fautivement par Ramdedovic à 20 mètres des buts, la frappe de Caron était déviée, Flauss pris à contre-pied (2-0).

Le Progès se retrouvait au pied du mur mais au cours du second acte, les Jaune et Noir ne donnaient jamais l'impression de vouloir revenir. Ce sont même les Differdangeois qui se montraient les plus menaçants via Yéyé (65e, tête non cadrée) ou encore Bettmer (68e frappe hors cadre après un joli solo). Au cours des dernières minutes, la famille Thill via deux frappes d'Olivier (82e et 86e) et un centre tir de Vincent obligeaient Schaab à rester vigilant (90e). Le gardien differdangeois était encore à la parade sur une reprise de volée de Laurent. Trop peu et trop tard pour contester la victoire des locaux.



Omar Er Rafik pour le 1-0. Un but qui a lancé les Differdangeois sur les bons rails. Photo: Fernand Konnen



La note: 12/20.

Un derby disputé dans un bon esprit mais ce duel a manqué d'enthousiasme. La faute à une équipe du Progrès qui n'a pas eu les ressources nécessaires pour se rebeller après l'ouverture du score de Differdange. 

Le fait du match.

La blessure de Caron à la 52e minute. Buteur et omniprésent depuis le début du match, l'attaquant differdangeois a pesé sur la défense visiteuse mais en évitant une sortie de Flauss, le n°11 Differdangeois s'est blessé aux adducteurs, fort heureusement sans conséquence pour ses couleurs.



Gauthier Caron (en rouge), buteur avant de sortir sur... blessure, à la lutte avec Tony Mastrangelo (Progrès) Photo: Fernand Konnen



Les hommes du match.

Franzoni pour son travail sur le flanc droit, Bettmer pour son coup de patte, Holter pour sa présence physique, Er Rafik pour sa vivacité ou encore Er Rafik pour son sens du but. Le collectif differdangeois a fait preuve de solidité face au Progrès et de réalisme en première mi-temps. Par la suite, les locaux ont géré les débats à leur guise. 

Ils ont dit:

Pascal CARZANIGA: https://soundcloud.com/gamsportsounds/pascal-carzaniga-on-a-montre-que-differdange-est-un-cran-au-dessus

Fabien TISSOT: https://soundcloud.com/gamsportsounds/fabien-tissot-on-a-pris-une-sur-la-tete-avec-les-deux-buts

Differdange 03 - Progrès 2-0

Parc des Sports, pelouse en excellent état, arbitrage de M.Kopriwa assisté de MM. Moura et Cardoni, 1.512 spectateurs. Mi-temps: 2-0.

Evolution du score: 1-0 Er Rafik (13e), 2-0 Caron (38e).

Cartons jaunes: Caron (48e, antijeu), Jänisch (63e), Rodigues (66e, tacle sur Laurent) à Differdange; Ramdedovic (36e, tacle sur Bettmer), Ferino (44e pied en avant sur Er Rafik), Bouzid (57e tacle fautif sur Bettmer) au Progrès.

Corners: 7 (5+2) pour Differdange; 5 (2+3) pour le Progrès.

DIFFERDANGE 03: Schaab; Jänisch (cap), Siebenaler, Vandenbroeck, Franzoni, Holter, Fleurival, Bettmer (73e Ribeiro), Caron (55e Rodrigues), Yéyé, Er Rafik (87e Lascak).

Joueurs non utilisés: Weber, Meligner.

Entraîneur: Pascal Carzaniga.

PROGRES: Flauss; Bouzid (cap), Ferino, Dog, Mastrangelo, Garos, Ramdedovic (59e O. Thill), Lafon (67e De Sousa), Cassan (55e Poinsignon), S. Thill, Laurent.

Joueurs non utilisés: Rouillon, Lehnen.


Entraîneur: Fabien Tissot.



Nur D03 im Derby-Rhythmus

DÉIFFERDENG 03 - PROGRÈS NIEDERKORN 2:0 (2:0)

Christophe Junker



Die Vorarbeit lieferte Vandenbroeck, Er Rafik (in Rot) brauchte nur noch zum 1:0 einzuschieben Fotos: Marcel Nickels

In einer vorgezogenen Partie des zweiten Spieltags der BGL Ligue gewann Déifferdeng 03 gestern Abend diskussionslos das Derby gegen Niederkorn mit 2:0. Vor allem wegen der 110-prozentigen Leistungssteigerung im Vergleich zum Auftakt in Rosport geht der Sieg vollkommen in Ordnung. Der Progrès war eine einzige Enttäuschung!

Bei den Gastgebern rotierte Coach Pascal Carzaniga nach dem doppelten Punktverlust (1:1) in Rosport ordentlich durch: Während Sinani und Luisi es noch nicht mal mehr auf die Bank schafften, durfte Ribeiro wenigstens dort noch Platz nehmen. Für dieses Trio standen Caron, Holter und Bettmer in der Anfangself. Bei Niederkorn nahm nach dem Auftaktsieg gegen den Racing Dog den Platz von Soares (nicht im Kader) ein.

Überraschte beim D03 doch der eine oder andere Wechsel so manch einen, so sollten diese dem eigenen Spiel doch dienlich sein. Anders als noch in Rosport, als die Differdinger lediglich während der ersten 20 Minuten Präsenz zeigten, um dann von Minute zu Minute immer statischer zu werden, waren sie gestern über die gesamte erste Spielhälfte tonangebend. Die 2:0-Pausenführung mag wohl als völlig verdient zu bezeichnen sein, dennoch fiel sie etwas zu hoch aus.

Trug der Progrès in den Anfangsminuten noch seinen Teil dazu bei, dass sich ein ansehnliches Spiel entwickelte, so waren die Gäste in der Folge nicht viel mehr als ein Sparringpartner, der sich nur sehr schwer aus der Umklammerung zu befreien wusste. Klärte Ferino in der 12. noch vor Er Rafik, war Differdingens Stürmer nur Sekunden später völlig freistehend zur Stelle, um zur Führung zu knipsen (1:0/13.). Den Hauptanteil an diesem Tor aber hatte der aufgerückte Vandenbroeck, dessen Kopfball Flauss nicht entscheidend abwehren konnte. Weniger zielsicher war Er Rafik in der 24. Minute.

Und der Progrès? Nun, er tat sich mit dem variableren Spiel seines Gegners schwer. Zudem gesellte sich noch Pech hinzu, wie beim 2:0, als Carons Freistoß zentral aus 22 Metern unhaltbar abgefälscht wurde (38.). 

Mit zwei recht frühen offensiven Wechseln versuchten die Niederkorner, sich gegen die drohende Niederlage zu stemmen. Den Eindruck, dass sich nicht mehr viel Positives auf Gäste-Seite tun würde, wurde man dennoch nicht los. Und so kam es auch. D03 verwaltete geschickt, und ohne sonderlich gefordert zu werden, das Ergebnis und setzte durch Yéyé (65.) und Bettmer (68.) Nadelstiche. Erwähnenswert, oder auch nicht, waren noch die zwei Versuche aus der Distanz von O. Thill (82., 86.) sowie Laurent (90.).



Schiedsr.: Kopriwa - Moura, Cardoni

Gelbe Karten: Caron, Jänisch, Rodrigues - Ramdedovic, Ferino, Bouzid

Tore: 1:0 Er Rafik (13.), 2:0 Caron (38.)

Beste Spieler: Caron, Holter, Franzoni - Mastrangelo

Zuschauer: 1.512 zahlende

Spieler des Spiels: Gauthier Caron. Mit seiner Einwechslung in Rosport kam Differdingen

damals besser ins Spiel. Und auch gestern im Derby war er einer der Aktivposten beim ungefährdeten Sieg und Schütze des entscheidenden 2:0.

Der Abwesende: Da er nach der Partie in Rosport angeblich negativ aufgefallen sein soll, soll D03-Trainer Carzaniga Antonio Luisi zur Rede gestellt haben. Die Konsequenz: eine Nicht-Nominierung für das Derby gegen den Progrès.

Der Unglückliche: Statt in der 51. gegen Flauss einzufädeln und einen Elfmeter

zu schinden, machte Gauthier Caron auf dem Weg zum 3:0 einen Ausfallschritt ... und verletzte sich bei dieser Aktion. Ehrlich währt wohl doch nicht immer am längsten.

Der Arbeitslose: Annähernd beschäftigungslos war D03-Keeper Schaab.



Stimmen



Dwayn Holter (D03): „Nach dem 1:1 in Rosport hatte ich natürlich gehofft, ins Team zu kommen. Wir waren aggressiv in den Zweikämpfen und fanden gut ins Spiel. Mit diesem Team ist sich noch so manches zu erwarten. Auch von mir, da viele Leute nicht mehr an mich geglaubt haben. Dieses Team wird mir viel helfen und ich will ihm viel zurückgeben.“


Ismaël Bouzid (Progrès): „Wir verloren das Spiel in der ersten Halbzeit. Wir waren in der zweiten Hälfte wesentlich besser im Spiel; das Problem im Fußball ist jedoch, dass man ab der ersten Spielminute Präsenz zeigen muss. Und man muss es fertigbringen, auch mal drei Bälle am Stück an den eigenen Mann zu bringen. Es soll uns eine Lektion sein.“ 


Differdange est resté devant

BGL LIGUE (2e JOURNÉE) Inexistant, le Progrès est à nouveau  passé au travers d'un derby. Rien ne laisse encore à penser qu'il y ait matière à s'inquiéter, si ce n'est que Differdange semble tout de même loin devant. En tout cas, lui a été consistant au Parc des Sports, vendredi soir.



Décidément, le Progrès a encore bien du mal à trouver des repères dans l'animation offensive, qui reste le parent pauvre de ses deux premières prestations de la saison.



Omar Er Rafik pousse au fond du but vide, sans rencontrer la moindre opposition. Photo : Mélanie Maps



De notre journaliste Julien Mollereau


n ne sait pas vraiment à quelle heure le Progrès Niederkorn avait prévu de commencer son derby. D'ailleurs, on ne sait pas vraiment s'il l'a jamais commencé puisqu'à 2-0 à la pause, il avait beau O jeu de proposer cette réaction molle et de bon ton. Il en a été récompensé à la hauteur de ses efforts mesurés : il n'a toujours pas gagné le moindre match contre son voisin differdangeois depuis 2010, qui vient de lui coller dans les dents une sixième défaite de rang.


À la hauteur des ambitions de top 3 du club niederkornois, cela reste encore anecdotique puisqu'on n'est finalement que le 13 août. À l'échelle de la rivalité dans la ville, le symbole continue d'être très gê- nant. Il a été souvent reproché au Progrès sa terrible inconséquence dans les chocs avec les cadors de la Division nationale, depuis deux ans. Il perpétue la tradition malgré l'arrivée de Fabien Tissot sur le banc et son recrutement cinq étoiles (théoriques pour l'instant). A-t-on surestimé la capacité d'intégration de ces garçons de l'attaque sur la seule base de leurs CV? Sûrement. Alexis Lafon n'est pas encore le monstre annoncé dans son couloir gauche. Et il semble évident que Rémi Laurent, joueur de surface, qui n'est ni un premier prix de rapidité, ni un garçon qui peut se créer les occasions seuls, ne tirera pas l'équipe vers le haut sans un sérieux coup de pouce offensif. Entre les lignes : il lui faudra quand même avoir un jour des ballons exploitables. Et en deux fois 90 minutes contre le RFCU et le FCD03, il n'en a eu que deux, mais les a ratés pour pas grand-chose, trouvant aussi le temps, à sa charge, de rater un penalty.


Schaab et les recrues font le job


Tout cela mis bout à bout fait de ce Niederkorn de début de saison, pour l'heure, une petite déception qui pèse quand même trois points, ce qui l'aidera à relativiser et à prendre son mal en patience. Differdange, lui, est une belle satisfaction qui n'en > pèse que… quatre, ce qui, a contrario, lui laissera un petit goût d'inachevé. Cette équipe est tout de même mé- chamment solide. Et ses recrues, à elle, sont déjà bien visibles, avec notamment un couple Fleurival-Holter très présent et dont l'intégration semble s'être déroulée bien plus facilement que celles des recrues du voisin. Bettmer, titularisé cette fois, a bien répondu présent, tout comme Schaab, le nouveau n° 1 aux buts, qui s'est fendu de deux sorties d'une sérénité totale en première période et de deux parades (dont une sensationnelle sur une demi-volée de Laurent) en toute fin de rencontre.


Differdange a rappelé, finalement, un point de détail majeur : si le Progrès vise le top 3, lui vise le sommet. Et la constance de son effectif au fil du temps est une garantie tangible : lui a pris son match par le bon bout, sans être génial peut-être, mais en ne s'appuyant que sur des garçons concentrés, concernés, efficaces.


Tout a commencé par un centre de Bettmer (du droit s'il vous plaît) et une tête de l'inévitable Vandenbroeck. Flauss s'est couché sur sa ligne, mais Er Rafik, en renard, aura été le seul à suivre le mouvement pour pousser au fond du but vide (1-0, 13e). Le meilleur buteur differdangeois de la dernière saison manquera même de peu de doubler la mise à la 24e quand Flauss se déchire sur corner, mais sa tête file au-dessus de la barre.


C'est sur une conversion défensive catastrophique du Progrès que le FCD03 va assommer la rencontre. Ramdedovic n'a pas d'autre choix que de découper Bettmer à l'entrée de la surface. Décalé, Caron transperce le mur niederkornois, dans lequel le ballon est dévié. Flauss, pris à contre-pied, ne peut pas esquisser le moindre geste et se fait crucifier (2-0, 38e).


Le retour des vestiaires voit les Jaunards esquisser ce qui s'apparente le plus à un service minimum de la réaction d'orgueil qu'à une véritable rébellion en bonne et due forme. Bettmer, dans cette deuxième période tout aussi soporifique que la première, manque même d'aggraver encore la marque après un petit pont sur Dog, mais son plat du pied (droit, encore) rase le montant. Bref, l'été est passé et le FCD03 reste encore bien devant son voisin. Dans le jeu, dans les résultats et dans les ambitions. Fabien Tissot a du boulot. Ça tombe bien, il est venu pour ça.


VESTIAIRES 



Fabien Tissot : «Je n'ai pas reconnu mes joueurs ce soir»



Fabien Tissot (entraîneur du Progrès) : «Nous sommes rentrés trop timidement dans cette rencontre. Notre adversaire nous a mangés en première période. Surtout dans les duels. Or, un derby, c'est dans ce domaine-là qu'il se gagne ou non. Cela a été un peu mieux en deuxième mi-temps. On a eu par moments la maîtrise du ballon, mais sans parvenir à être véritablement dangereux. J'avoue que je n'ai pas reconnu mes joueurs ce soir...» 



Ismaël Bouzid (Progrès) : «Nous perdons cette rencontre sur la première période. Nous n'étions pas ensemble, il nous a manqué de la cohésion. Après, on prend deux buts un peu malheureux. Notamment ce coup franc dévié sur le 2-0. On a été meilleurs au retour des vestiaires. Mais un match ne commence pas à la 46e minute de jeu...»



Pascal Carzaniga (entraîneur de Differdange) : «Le début de match a été un round d'observation. On savait qu'il fallait être un peu patient dans les premières minutes. Mais comme je l'avais dit à mes joueurs, à partir du moment où on allait passer à la vitesse supérieure et leur mettre un pressing de tous les instants, on allait faire la différence. Or, nous l'avons très bien réussie dans le milieu de terrain. Avec un trio intéressant à la récupération de balle. Même Omar (Er Rafik), notre attaquant, a réalisé les efforts qu'il fallait pour gratter les ballons. Toute l'équipe a joué en bloc. Et après l'ouverture du score, tout est forcément devenu plus facile pour nous. On a bien géré par la suite. Vu la physionomie du match, les deux buts d'écart reflètent bien la partie. On a gagné beaucoup de duels sur les premiers comme les deuxièmes ballons et ça compte dans un match comme celui-ci où les deux équipes avaient envie.» Recueillis par J. C.





DIFFERDANGE - PROGRÈS 2-0 (2-0) 



Parc des Sports. Terrain en parfait état. Arbitrage de M. Kopriwa assisté de MM. Poura et Cardoni. 1215 spectateurs payants. 



Évolution du score : 1-0 Er Rafik (12e), 2-0 Caron (38e). Cartons jaunes : Caron (48e), Rodrigues (66e) pour Differdange. Ramdedovic (36e), Ferino (43e), Bouzid (57e) pour le Progrès. 

DIFFERDANGE : Schaab 5- Franzoni 6, Vandenbroeck 6, Siebenaler 5, Jänisch 6 - Fleurival 6, Holter 7 - Yéyé 5, Bettmer 6 (73e Ribeiro), Caron 7 (55e Rodrigues 5) - Er Rafik 5 (87e Lascak). 

PROGRÈS : Flauss 4 - Ferino 7, Bouzid 5, Dog 5 , Mastrangelo 5 - Garos 5, Ramdedovic 6 (59e O. Thill 5) - Cassan 4 (55e Poinsignon 5), S. Thill 5, Lafon 3 (67e De Sousa) - Laurent 3.
























 



 



 



 



 



 



 



 



 



 








 


















 



 




Powered by azurCMS