news

Le Quotidien édition du 03/08/2016 - 03.08.2016

Ça danse, ça chante, ça enquête... mais est-ce que ça gagne? Boîte, spa, «escape-room», le Progrès sort d'un week-end de stage de folie qui doit lui permettre de grandir.




Ah les stages de team building! C'est tout un roman quand cela touche les équipes de foot. Il y a les invariables sorties VTT ou canoë de début de reprise. Des grands classiques indémodables. Après sa saison ratée, le Progrès a décidé de s'y mettre, mais pas comme tout le monde, en espérant, à une semaine du coup d'envoi de la saison, avoir suffisamment marqué les esprits de ses joueurs pour que cela le porte sur les sommets.



Vendredi Une table de 40 au Gotham Club. En sortant d'une belle prestation collective contre le Hombourg de Thierry Steimetz (11), les joueurs niederkornois et le staff dans son entièreté prennent la direction d'une boîte de nuit de Luxembourg, le Gotham Club. Ils y ont réservé une table pour... 40 personnes. Tout le monde en ressortira à... 6 h 30 du matin, pour monter dans les voitures conduites par les quelques joueurs qui ne boivent pas, A dont Ismaël Bouzid et Hakim Menaï. Direction l'hôtel Bon Repos, à Scheidgen. «Je m'étais déjà retrouvé une fois avec mon staff en boîte, rigole Dino Ramdedovic, mais c'était quand on avait remporté le titre, avec la Jeunesse.» Bref, une activité qu'on partage tout de même très rarement avec son coach. «On a bu des coups, mais modérément.» Forcément, à une semaine de la reprise... 



Samedi Journée spa et chant Le repos sera de courte durée : un brunch est prévu à 13 h pétantes. C'est aussi le moment choisi pour bizuter les nouveaux. Tony Mastrangelo chantera l'hymne italien, Alexis Lafon et son passé d'Irlandais chantera bien évidemment en anglais. Quant à Rémi Laurent... «ce n'est pas un grand chanteur», lâche Ramdedovic. Espérons, puisque c'est pour ça qu'il a été recruté, qu'il est meilleur buteur... «On dirait en tout cas», reconnaît le milieu de terrain. Dans l'après-midi, séance d'entraînement suivi de spa et wellness. Parce qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien après une sortie en boîte...





Dimanche Énigmes à Dudelange, match à Rumelange Thomas Gilgemann s'est vu conseiller une activité du côté de Dudelange : les Enigmo Rooms. Le principe : des groupes de six pénètrent dans une chambre fermée à clef et doivent mener une enquête pour trouver le moyen... de sortir. Pour ses joueurs, le manager a choisi le niveau intermédiaire. Une heure et quinze minutes pour sortir, un membre du staff technique par équipe et... personne n'est parvenu à s'échapper. «Si, nous, assure Ramdedovic. Mais l'instructeur nous a un peu aidés. À un moment, il fallait se glisser dans un sarcophage et utiliser une lampe infrarouge». Les intellos qui ont réussi à forcer le passage? Ramdedovic, donc, mais aussi Rémi Laurent, Sébastien Thill, Alexis Lafon, Valentin Poinsignon et Jonathan Rigo. Retour à l'hôtel pour 45 minutes de discours du président. Tout ce petit monde a ensuite pris la direction de Rumelange, afin de suivre la finale de la Coupe de la Ligue. Le Progrès est la seule équipe à avoir déplacé tout son groupe jusqu'au stade municipal. Et il jure que ça en dit long sur son compte. 
J. M. 



Les nouveaux maillots font jaser 



Les équipements niederkornois ne sont pas passés inaperçus lors de la soirée de présentation des équipes, lundi. «80 % les trouvent fantastiques, 20 % pas du tout. Mais on accepte les critiques», sourit Thomas Gilgemann, manager du club, qui assume le choix de ce design original et unique au monde puisque les maillots et shorts ont été dessinés spécialement pour le club par Kappa, les sponsors étant intégrés directement au maillot et pas floqués. «Du coup, on les voit bien mieux que les saisons précédentes», se félicite Gilgemann.



 



 



 


Powered by azurCMS