news

F.C. Differdange 03 vs F.C. Progrès Niederkorn presserevue - 19.04.2016



Crucifiés pour de bon dans les arrêts de jeu



BGL LIGUE (21e JOURNÉE) Le Progrès a raté un penalty et pris un but à la 95e minute, vendredi soir, dans le derby. L'Europe s'éloigne pour de bon.



Differdange s'est de son côté singulièrement rapproché du top 3. Avec trois victoires sur les cinq derniers matches, il est désormais assuré de finir sur le podium.



On joue les arrêts de jeu et Flauss vient de sortir un ballon extrêmement chaud quand Vandenbroeck surgit, à la dernière seconde... Photo : Julien Garroy



De notre journaliste Julien Mollereau


Niederkorn a eu le temps de se dire, hier, que c'est tout le temps la même musique. Que quoi qu'il ait pu faire depuis deux saisons, quel que soit le niveau auquel il se hisse, invariablement, il y a : 1) lui qui fait le jeu et 2) le top 3 qui prend les points. 

Depuis qu'il est devenu un club qui compte, les déceptions pour le Progrès contre les grands de ce championnat tombent avec une telle régularité que son directeur sportif, Thomas Gilgemann, assume désormais de se passer du romantisme que le club veut mettre au cœur de son projet de jeu : «Peu importe qu'on joue N bien, il nous faut les trois points», scandait-il avant la rencontre au Parc des Sports d'Oberkorn. 


C'est que l'actuelle 6e place du Progrès a un goût de trop peu et que sans un succès dans le derby, elle pourrait bien avoir, pour de bon, un goût de définitif. 


Une victoire, donc? C'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire : les Differdangeois ont remporté les quatre derniers derbies, et surtout, Niederkorn a toutes les peines du monde, en 2016, à maté- rialiser ses bonnes résolutions, puisqu'il n'a gagné que deux de ses sept matches de championnat cette année. Il y a trop de détails qui échappent actuellement à sa vigilance pour prétendre à plus. Pour aspirer, par exemple, à redevenir une équipe qui joue bien ET qui en tire des bénéfices. 


Il aurait par exemple fallu que Bouzid s'applique sur le penalty de la 23e minute. Sa course d'élan ne laisse rien augurer de bon et Weber se charge de montrer, en se détendant sur son côté gauche, qu'il manque clairement un petit truc au voisin niederkornois cette saison. Un mélange de réussite et d'autorité qui lui fait défaut, surtout dans les grands rendez-vous. À lui, Differdange, père peinard à domicile où il n'a perdu qu'une fois en 27 rencontres sous l'ère Thomé, il ne lui manque plus grand-chose dans ce championnat.


Cruel mais tellement logique


Trois succès sur les cinq dernières rencontres, voire même deux, suffisent désormais au FCD03 pour assurer sa place sur le podium. 

Et c'est grâce à un coup de Thomé, qui disait avant la rencontre à celui qui promettait de garder le secret, qu'il alignerait Caron dans ce derby parce qu'il souhaitait «des grands sur le terrain». C'est resté une lubie de coach jusqu'à ce que l'attaquant déploie son 1,80 et quelques, pour armer une tête à la retombée de laquelle Vandenbroek fera la différence (1-0, 95e). 


Ça fait un bien fou au FCD03, qui peut mesurer à quel point son rendement à la maison est aux antipodes de celui qui est le sien à l'exté- rieur. Et puis le fait d'avoir (encore) remporté les deux derbies de la saison, c'est une joie qui ne se boude pas. Non seulement parce que cela fait leur bonheur, tout simplement, mais aussi parce que cela fait le malheur du Progrès, qui va désormais regarder avec anxiété les résultats de tous ces promus qui lui font la chasse (RFCU, Hamm, Strassen) et rêvent de s'asseoir sur le strapontin de 4e. Tout comme la Jeunesse d'ailleurs, qui peut être la grande gagnante de ce vendredi soir pour peu qu'elle fasse enfin son job, ce dimanche, à Wiltz. Si c'est le cas, ce ne sera pas une désillusion que les hommes de Carzaniga ont vécue dans les arrêts de jeu à Differdange, mais bel et bien une crucifixion.


LE FIL DU MATCH


3e Perte de balle de Bouzid, pressé par Ribeiro. À la récupération, Er Rafik élimine Flauss, sorti à sa rencontre, mais vise au-dessus. Il en a mis de plus compliquées.


8e Bettmer arme un coup franc astucieux de 25 m, avec rebond juste devant Flauss, qui pousse difficilement en corner. Sur ce dernier, Er Rafik arme une demi-volée repoussée par Bouzid devant sa ligne.


16e S. Thill écarte acrobatiquement sur Menaï, qui arme de l'entrée de la surface. Réflexe du genou de Weber.


23e Splendide passe de Garos pour Menaï, qui se fait abattre par Weber. Le gardien de but differdangeois se rattrape en stoppant sur sa gauche la tentative de Bouzid.


52e Corner de Bettmer. Tête de Caron au ras du poteau, d'un souffle.


58e Servi plein axe par son frère, S. Thill arme de l'entrée de la surface, au ras du poteau.


67e Il manque un rien à Rossini, plein axe, aux six mè- tres, pour couper un centre fuyant de Poinsignon.


74e En excellente position pour prolonger au fond un coup franc frappé rentrant, Vandenbroeck est sanctionné d'une poussette dans le dos.


79e En relais, Yéyé décale Sinani, qui arrive lancé à l'entrée de la surface. En excellente position, il enlève trop sa tentative.


90+5 Caron frappe de la tête un coup franc que Flauss sort de sa lucarne. Mais Vandenbroeck traîne dans les parages et pousse au fond. 1-0 Et Vandenbroeck surgit (encore)


VESTIAIRES


«Si j'avais marqué le penalty...»


Ismaël Bouzid (Progrès) : «C'est dur de perdre comme ça sur un but de merde sur un corner à la dernière seconde. Sur un petit détail en plus, une histoire de marquage... Si j'avais marqué le penalty, on aurait peut- être assisté à un tout autre match. C'est le deuxième que je tire cette saison. Et j'avais inscrit le premier. Tout ça est très frustrant. Surtout qu'on a livré un super match, avec un bon état d'esprit. C'est ce qu'on va devoir retenir de cette rencontre pour relever la tête.»


Thomas Gilgemann (directeur sportif du Progrès) : «On a pu voir ce qu'il nous manque cette saison : de l'efficacité dans les surfaces des deux côtés du terrain. On va devoir travailler pour corriger cela et on effectuera le recrutement nécessaire à l'entre-saison. Mais avant ça, il reste cinq matches pour aller chercher une quatrième place et peut-être une qualif européenne.»


Marc Thomé (entraîneur du FCD03) : «Je voulais garder le nul, mais mes joueurs en voulaient plus. La clé du match, c'est le penalty qu'arrête Weber. Mais bon, c'est lui qui avait fait la faute! Ce n'était pas un très grand match, mais il y avait une belle intensité, je pense. Le Progrès ne nous reverra plus.»


David Vandenbroeck (FCD03) : «Celui-là, c'est le plus beau! C'est un coup de bol! Je traîne dans la surface et je me retrouve à 30 centimètres du but. Je suis surtout content qu'on n'ait pas pris de but ni concédé trop d'occasions. Après le match de Hamm (NDLR : défaite 4-2), c'était important.»






Vandenbroeck, der Derbyheld FC DÉIFFERDENG 03 - PROGRÈS NIEDERKORN 1:0 (0:0)


Patrick Diederich

Déifferdeng 03 setzte seine den Derbysieg. Serie fort: Seit 2014 konnte der Progrès nicht mehr gegen die Roten siegen. Ein weiterer D03-Erfolg im „wichtigsten Derby des Luxemburger Fußballs“, wie Präsident Fabrizio Bei am Vortag betonte



Vor 1.644 Zuschauern sah es bis in die Nachspielzeit nach einem torlosen Unentschieden aus, ehe der belgische Verteidiger Vandenbroeck D03 in buchstäblich letzter Sekunde den Sieg bescherte.



Nach einer Ecke köpfte zunächst Caron, ehe Vandenbroeck nach Parade von Flauss abstaubte und die Stimmung im Lager der Hausherrn zum Kochen brachte. Es war bereits der vierte Saisontreffer des Innenverteidigers, dies im achten Spiel.



Beide Trainer nahmen gezwungenermaßen ein paar Wechsel im Vergleich zum letzen Spieltag vor. D03-Trainer Thomé wechselte auf zwei Positionen nach der 2:4-Auswärtsniederlage auf Cents: Für den gesperrten Jänisch rückte May in die Anfangself, während Bastos für Angreifer Caron weichen musste. Gästetrainer Carzaniga war gezwungen, nach der unglücklichen 0:1- Heimniederlage gegen Fola Esch einen Wechsel vorzunehmen: Für den ebenfalls gesperrten Mittelfeldmann Cassan rückte Poinsignon positionsgetreu in die Startelf.



Die Heimmannschaft startete furios in die Begegnung und wollte sofort zeigen, wer Herr auf dem Platz ist. In den ersten zehn Minuten spielte sich die Mannschaft um Kapitän May nicht weniger als drei Torchancen heraus. Zuerst scheiterten die Stürmer Er Rafik aus spitzem Winkel und Caron an Flauss, ehe Bettmer mit einem Freistoß aus 30 Metern den Gästetorwart mit einem gefährlichen Aufsetzer prüfte. Auf der Gegenseite war es O. Thill in der 15., der Weber mit einem Weitschuss zum ersten Mal prüfte. Eine Minute später zeigte sich Menaï aus deutlich besserer Position ebenfalls gefährlich.



Den ersten nennenswerten Aufreger gab es in der 23., als Torwart Weber den heranstürmenden Menaï regelwidrig im Strafraum von den Beinen holte. Die Großchance zur Gästeführung vergab Bouzid kläglich: Den fälligen Elfmeter konnte Weber problemlos entschärfen. Die Begegnung verflachte zunehmend, beiden Mannschaften merkte man die Angst vor dem Scheitern in dieser Begegnung an, somit ging es ohne Tore in die Pause. Auch zu Beginn der zweiten Halbzeit neutralisierten sich beide Teams. Die erste gefährliche Aktion kam von den Gastgebern, als Caron einen Kopfball nach Ecke von Bettmer knapp neben das Tor köpfte. Die Gästeantwort ließ nicht lange auf sich warten: Ein sehenswerter Schuss von S. Thill aus 16 Metern ging knapp am Tor vorbei. Der eingewechselte Rossini unterlief eine Flanke von Fiorani in der 67.. Gefährlich wurde es meistens nach ruhenden Bällen. So auch in der 74., als Vandenbroeck einen von Ribeiro getretenen Freistoß knapp daneben köpfte. Er Rafik setzte 2' später einen Freistoß aus 20 m knapp drüber. Die erste nennenswerte Großchance im zweiten Durchgang hatte die Heimelf, als nach Zuspiel von Yéyé der kurz zuvor eingewechselte Sinani knapp über den Querbalken setzte.



Als alle schon mit einer Nullnummer rechneten, sorgte Winterneuzugang Vandenbroeck für Déifferdeng 03 setzte seine den Derbysieg. 



Stimmen



Marc Thomé (Trainer FC Déifferdeng 03): „Als Niederkorn den Elfmeter verschossen hat, war das ein Zeichen für mich, dass wir dieses Spiel nicht verlieren würden. Im zweiten Durchgang haben wir im Mittelfeld den Zugriff verloren, deshalb haben wir uns für einen offensiven Wechsel entschieden, um Er Rafik zu unterstützen. Niederkorn kann uns nicht mehr einholen, und somit haben wir erneut ein Derby gewonnen. Meine Mannschaft hat bis zum Schluss gekämpft, wir haben bis zum Schluss an den Sieg geglaubt.“


Sébastien Flauss (Torwart Progrès Niederkorn): „Natürlich sind wir sehr enttäuscht über eine erneute unnötige Niederlage. Anstelle eines Freistoßes für uns bekommen wir einen Eckball gegen uns, der schließlich zum Gegentor führt: eine klare Fehlentscheidung des Schiedsrichters. Defensiv kann man uns keinen Vorwurf machen, aber uns fehlt halt im Moment einfach das Glück.“ 




SR.: Sales - Da Costa, Mateus Santos



Gelbe Karten: Weber, Rodrigues - Soares, Fiorani, O. Thill



Tor: 1:0 Vandenbroeck (90.+5)



Beste Spieler: Weber, Vandenbroeck - Fiorani, S. Thill



Zuschauer: 1.644 zahlende



Spieler des Spiels: David Vandenbroeck. Mit seinem Tor wurde der Belgier zum Derbyheld.



Der Unglückliche: Ismaël Bouzid verschoss kläglich einen Foulelfmeter.



Der Elfmeterkiller: Julien Weber entschärfte den wichtigen Strafstoß.



Der Trainerfuchs: Marc Thomé. Eigentlich sollte Bukvic das Tor köpfen. Deshalb wurde der lange Verteidiger in der Nachspielzeit eingewechselt. Ihn dürfte es nicht stören, dass letztlich Caron das Tor vorbereitete.





BGL Ligue



Bouzid manque un penalty, VDB donne la victoire à Differdange



Gauthier Caron tente de se tirer d'affaire entre Adrien Ferino et Hakim Menaï 

Photo: Fernand Konnen



Un but dans les arrêts de jeu de Vandenbroeck a permis à Differdange de signer une victoire un brin flattée dans le derby ce vendredi soir à Oberkorn.



Par Christophe Nadin



Le match. Battues de concert lors de la vingtième journée, Differdange et le Progrès n'avaient guère le choix. Les locaux devaient laver l'affront du Cents pour consolider une troisième place sur laquelle ils sont bien installés alors que les visiteurs devaient prendre les trois points pour convoiter un quatrième rang fort courtisé.



Séduisant en début de partie face au Fola, Niederkorn allait faire le gros dos pendant les dix premières minutes. Differdange n'exploitait pas un premier dégagement manqué de Bouzid (3e). Er Rafik contournait Flauss mais enlevait trop son tir.



Deux minutes plus tard, Caron ne calibrait pas son lob devant un Fauss indécis dans sa sortie et c'est enfin un coup franc bondissant de Bettmer qui clôturait un premier chapitre totalement differdangeois.



La balance s'équilibrait ensuite et le Progrès sortait de sa coquille via Menaï qui filait sur le flanc droit avant de frapper sur Weber (16e). Menaï restait sur sa lancée et plongeait dans le dos de la défense locale sur un service lumineux de Garos pour dribbler Weber. Le gardien l'arrêtait fautivement, mais Bouzid manquait de conviction en tirant le penalty de façon trop centrée. Weber repoussait.



Les vingt dernières minutes du premier acte étaient équilibrées mais aucune équipe ne parvenait à se créer une occasion digne de ce nom.



Le niveau de jeu n'allait pas s'élever tout au long d'un second acte qui n'aura connu que quelques pics d'intensité. Une tête de Caron (52e) à côté, une frappe de Sébastien Thill (57e) qui lèche le montant droit de Weber et c'est tout jusqu'à la 80e minute.



Moment choisi par Yéyé pour combiner avec Sinani tout juste entré en jeu. Le numéro 10 local enlève trop sa frappe. Differdange a raté une première balle de match. La seconde sera la bonne. Vandenbroeck, déjà décisif dans plusieurs matches, émerge dans une mêlée pour offrir les trois poins à Differdange.



La note. 10/20. Un petit derby avec quelques séquences intéressantes, mais les deux équipes ont par moments donné l'impression de tabler sur un match nul.



L'homme du match. David Vandenbroeck a livré une partie sobre dans l'ensemble, mais l'une de ses montées a permis aux Differdangeois de rafler la mise. Sur un dernier corner, la tête de Caron fracasse la transversale mais VDB a suivi pour offrir les trois points à Differdange.



Le fait du match. Auteur d'un dégagement manqué qui aurait pu coûter cher au Progrès en début de match, Ismaël Bouzid a eu l'occasion de se racheter un frappant un penalty à la 25e minute, mais le capitaine jaune et noir a manqué de conviction dans son envoi. Le tournant du match.



Ils ont dit



Sébastien Flauss: "On perd une nouvelle fois sur une erreur d'arbitrage. La faute sur Garos n'est pas sifflée. Le corner suit et le but intervient alors que le ballon nous revenait. On rate le coche en première période en ne transformant pas le penalty. Cela fait plusieurs matches où nous sommes bien en place mais il y a toujours un grain de sable qui fait que la victoire n'est pas au bout. On a fait un gros match. On méritait quelque chose. Le 0-0 aurait été un score logique."



Ismaël Bouzid: "C'est très frustrant. On était tous bien en place. On a tous fait les efforts nécessaires. On méritait de prendre quelque chose. Sur le penalty, je choisis mon côté mais le gardien a pris le bon et sort le ballon. Au terme du match, on méritait de prendre un point. Il faut relever la tête et aller chercher des victoires jusqu'à la fin de saison."



Marc Thomé: "On a relégué nos adversaires du jour à 11 points. Ce soir, je suis sûr qu'ils ne reviendront plus. Sur les derniers matches, j'ai un regret. On a bien négocié nos adversaires directs, par contre, comme ce fut le cas au RM Hamm Benfica, on est passé à côté. Ces matches-là restent de bons avertissements pour la suite. Si nous ne sommes pas européens à la fin de la saison, il faut virer l'entraîneur et jeter tous les joueurs. Cette victoire est très importante pour le moral. Pour les remplacements, j'ai choisi l'option offensive alors qu'on aurait pu se contenter d'un point. Le coaching avec Bukvic s'est avéré payant."





Lien vers l' interview: http://bit.ly/1NyUpqZ




 



 



 



 



 




 



 


 


Powered by azurCMS