news

R.M. Hamm Benfica - F.C. Progrès Niederkorn presserevue - 22.02.2016



Football / Après la 14e journée en BGL



Le Progrès s'embourbe face au RM Hamm Benfica



Malgré l'ouverture du score de Giuseppe Rossini, le Progrès a lâché du lest dans la course à l'Europe. Photo: Bernard Bamberg



Le stade du Cents accueillait une des affiches les plus intéressantes de cette journée de reprise en BGL Ligue. Dominateur tout au long de la rencontre, le Progrès Niederkorn a pourtant quitté la capitale avec un seul point dans sa besace (2-2). 



Par Thibaut Goetz



L'après-midi avait idéalement commencé pour le Progrès. Une ouverture du score précoce de Giuseppe Rossini sur un corner de Paul Bossi, et une première mi-temps (presque) maîtrisée de bout en bout. Mais un but «casquette» est venu tout gâcher. Un but survenu après de longues minutes de neutralisation du match, consécutives à un choc violent entre Chris Clément et Valentin Poinsignon. 



Si ce dernier s'est relevé sans dommages, on ne peut en dire autant du portier du RM Hamm Benfica. Visiblement touché à l'épaule gauche, le gardien a rapidement été évacué à l'hôpital, il souffrirait de trois côtes cassées. 



Valentin Poinsignon raconte le duel: «Je vois le ballon plus court, je tacle et lui est avant moi sur le ballon... Je suis désolé pour lui, je ne voulais vraiment pas lui faire mal». 



Chris Clément sur une civière, une des images fortes de cette rencontre entre le RM Hamm et le Progrès.  Photo: Thibaut Goetz



Après cet incident de jeu, les vingt-deux acteurs reprennent la partie au petit trot. Un moment de flottement qui va profiter aux joueurs de Dino Toppmöller. Emmanuel Lapierre presse la défense niederkornoise sur un ballon en profondeur, Jonathan Rigo et Adrien Ferino veulent écarter le danger mais le ballon finit sa course au ralenti dans les buts de Sébastien Flauss.



«Jonathan intervient au bon moment mais il dévie le ballon et malheureusement il atterrit dans nos filets. C'est comme cela, que ce soit moi ou Jonathan, ça ne change rien c'est la malchance», lâchait à la sortie du terrain Adrien Ferino. 



Un coup-franc magistral de Zinram



La domination des Jaune et Noir reprenait de plus belle à la reprise. Mais c'est Jonathan Zinram qui régalait le public du Cents avec un coup-franc parfaitement exécuté. Aux 25 mètres, il parvient à tromper un Sébastien Flauss impuissant: «Je m'attendais à tout sauf à ça», confiait le portier niederkornois. «Je monte un peu en avant pour couper le centre, j'avance légèrement et comme il la frappe bien, elle retombe vite...».



Le Progrès se retrouve au pied du mur, mené contre le cours du jeu. C'est son capitaine qui va lui permettre de sortir de l'ornière, Ismael Bouzid égalisait, une deuxième fois sur corner après Rossini en première mi-temps. 



La balance penchait d'un côté comme de l'autre avec un montant partout mais les regrets étaient définitivement dans le camp des visiteurs au moment des trois coups de sifflet finaux de Tania Morais.





Überschattet von Verletzung



RMHB - PROGRÈS 2:2 (1:1)


Alain Gales


Zum Rückrundenstart kamen die 380 Zuschauer trotz Schmuddelwetter voll auf ihre Kosten. Beide Teams schenkten sich nichts, teilten sich am Ende die Punkte.



Schock für die Lokalelf in der 21.: Nach einem knallharten Zweikampf zwischen dem Niederkorner Poinsignon und Keeper Chris Clement musste der Hammer Schlussmann mit Verdacht auf mehrere Rippenbrüche ins Krankenhaus gebracht werden. Die Gäste aus dem Süden begannen nach Maß. Bossi führte einen Eckball von rechts auf Garos aus, dieser legte die Kugel zum einschussbereiten Rossini vor, der unhaltbar zur ProgrèsFührung traf. Die Lokalelf reagierte, nahm mit zunehmender Spieldauer allmählich das Heft in die Hand. In der 28. tauchte Lapierre im Sechzehner auf und zirkelte die Kugel an Flauss vorbei via Pfosten zum 1:1-Ausgleich. Nach dem Seitenwechsel fand die Toppmöller-Truppe besser ins Spiel. Ein selten schönes Tor sollte dann Zinram in der 58. gelingen, als er einen Freistoß von der linken Außenbahn aus fast 30 Metern unhaltbar zum 2:1 in den Winkel zauberte. Am Ende eine verdiente Punkteteilung zum Rückrundenauftakt.



Stimmen Dino Toppmöller (Trainer RMHB): „Zufrieden? Jein. Einerseits hatten wir gute Torchancen, die wir nicht verwertet haben, andererseits wurden wir gleich zweimal durch Verletzungen (u.a. Clement) aus dem Konzept gebracht. Am Ende steht gerechterweise die Punkteteilung.“


Alessandro Fiorani (Progrès): „Ich glaube, wir haben heute (gestern) eher zwei Punkte verloren anstatt gewonnen. Wenn wir die sich bietenden Chancen nicht wahrnehmen, dann können wir nicht gewinnen.“


 




Schiedsrichter: T. Morais - M. Da Silva, D. Da Costa


Gelbe Karten: Mertinitz, Umlauf - Poinsignon, Rossini


Torfolge: 0:1 Rossini (6.), 1:1 Lapierre (28.), 2:1 Zinram (58.), 2:2 Bouzid (62.) Beste Spieler: Zinram, Lapierre - Fiorani, Rossini


Zuschauer: 380 zahlende


Spieler des Spiels: J. Zinram zirkelte aus fast 30 m von der linken Außenbahn einen Freistoß unhaltbar in den Winkel


 






En mettant la pression sur la charnière centrale sur une belle ouverture de Ribeirinho, Lapierre a fait sauter une première fois le verrou. Photo : Mélanie Maps


C'est le Progrès le plus embêté...


BGL LIGUE (14e JOURNÉE) Opération loin d'être satisfaisante pour le Progrès à Hamm. 


En mettant d'ores et déjà cinq points entre lui et la deuxième partie de tableau, le promu benfiquiste peut se montrer serein, même si son effectif a pris une bonne claque, hier, en perdant deux titulaires.




De notre journaliste Julien Mollereau



Le Progrès avait tout en main pour commencer 2016 comme il le fallait, c'est-à-dire avec trois points, ne serait-ce que pour éviter d'en perdre deux sur tous ses concurrents directs pour une place sur le podium (Strassen, la Jeunesse et Differdange). Il possède, déjà, des gabarits bien plus costauds que ceux d'une équipe hammoise ras des pâquerettes en termes de centimètres, privée sciemment de Toppmöller, mais aussi de Da Mata, blessé (c'est-à-dire ses deux seuls joueurs qui approchent ou dépassent le 1,90 m). Cet avantage physique a d'abord permis aux Jaunards d'ouvrir le score dès la 6e minute sur un corner dévié par la tête de Garos et poussé au fond par les kilos de Rossini (0-1), puis d'égaliser sur un centre vicieux de Fiorani parti en cloche et qu'aucun hammois n'a pu dégager tant tout le monde était concentré sur le 1,93 m de Rossini (encore), venu finir le boulot sans même avoir à toucher le ballon (2-2, 61e). Peut-être n'eut-il pas été futile, au regard du match nul concédé au Cents, d'appuyer un peu plus sur les phases arrêtées...



Mais Niederkorn avait aussi pour lui les circonstances, très défavorables aux Hammois. Non seulement Pinna n'a pas tenu plus loin que 45 minutes, contraignant son coach à s'asseoir sur toute idée de coaching en deuxième période, mais en plus Clement, massacré et dispersé aux quatre vents par un tacle de Poinsignon, a laissé son équipe entre les gants de Pit Theis, 37 ans mais vaillant, après une longue interruption de cinq minutes. Une équipe bien outillée en hommes d'expérience comme l'est le Progrès aurait dû parfaitement gérer ce genre d'aléa, d'autant que Benfica lui, dispose d'un effectif plutôt très jeune. C'est tout le contraire qui s'est passé. Non seulement une belle ouverture de Ribeirinho a abouti à un but contre son camp de Rigo, pressé par Lapierre (1-1, 29e), mais il a en plus fallu un tacle désespéré de Bouzid pour sauver le bifteck devant Mertinitz, seul au point de penalty (36e).



Zinram invente le coup franc lob



Zinram, au prix d'un coup franc excentré incroyable, monté assez haut pour menacer les avions de Cargolux qui ne volent jamais très loin du Cents et redescendu dans la lucarne opposée de Flauss («Un but malheureux» dira Carzaniga, qui ne veut pas charger son gardien), mettra Hamm devant durant cinq petites minutes.



Mais on retiendra surtout qu'au coup de sifflet final, personne ne peut s'avouer ni malheureux ni vraiment totalement satisfait, tant les occasions de plier un joli succès se sont présentées aux attaquants des deux équipes. Mertinitz a frôlé le poteau trois minutes seulement après que le Progrès est revenu au score (64e) avant de manquer d'un tout petit coup de reins pour pousser au fond alors qu'il est seul à deux mètres du but (72e). Zinram, intenable en deuxième période, touchera lui l'équerre d'un joli tir à l'entrée de la surface (81e).



Niederkorn en a autant à faire valoir, puisque Fiorani, en contre, va fracasser le poteau, alors que dans la continuité de l'action, Rossini met son plat du pied juste au-dessus (65e). Poinsignon va se heurter à une parade à l'équerre de Theis, pas loin de sa lucarne (68e) et Arantes sauver Benfica d'un tacle glissé tout aussi décisif que celui de Bouzid en première période (85e). Ex æquo au niveau des regrets, mais pas du tout la même saveur en bouche. Le Progrès a perdu deux points dans sa course à l'Europe, Hamm, même s'il a perdu deux nouveaux soldats, en a pris un dans sa course au maintien.



Opération loin d'être satisfaisante pour le Progrès à Hamm. C'est le Progrès le plus embêté... En mettant d'ores et déjà cinq points.




 



 


Powered by azurCMS