news

F.C. Progrès Niederkorn - F.C.Wiltz 71 Presserevue - 02.11.2015



Progrès spät belohnt



PROGRÈS - WILTZ 4:1 (2:1)



Marc Karier



Ein gelungenes Heimdebüt konnte Pascal Carzaniga gegen insgesamt harmlose Gäste feiern. Einziges Manko der zielstrebig kombinierenden Gastgeber war der Umgang mit den sich bietenden Torchancen.



Ungenauigkeiten im Abschluss und einige Glanzparaden von Ruffier verhinderten weitere Progrès-Tore. Die Rückkehr an die alte Wirkungsstätte begann für den Gästecoach Henri Bossi wie im Bilderbuch. Osmanovic zog vom linken Strafraumeck mit Auge ab und traf zum 0:1.



Die Niederkorner Reaktion folgte bald. In der 21. setzte sich Poinsignon auf rechts durch und fand Bossi zum 1:1. Sébastien Thill verpasste das 2:1 nur knapp (25. 40.), ehe Rossini eine erneute Hereingabe von Poinsignon mit der Fußspitze zur Führung verlängerte. Zuvor ließ Verbist eine einmalige Konterchance ungenutzt.



Nach dem Dreh musste für die Vorentscheidung ein fataler Rückpass von Conrad her. Uneigennützig legte Rossini für Poinsignon auf., der abstaubte. In der 80. besorgte Cassan auf Zuspiel des ebenfalls eingewechselten Olivier Thill das Schlussresultat.



Bernard Bamberg



BBamberg





Paul fait du mal à Henri, et le Progrès s'éclate enfin



Pour la deuxième fois seulement cette saison, Niederkorn a inscrit plus de deux buts sur un match et montré que le potentiel offensif qu'on lui devine ne demande qu'à s'exprimer.



Pour son retour au stade Haupert, Henri Bossi savait que la mission des siens allait être très rude face à la bête blessée qu'est le Progrès. Défaite à Mondorf dimanche dernier pour la première de son nouvel entraîneur, une seule victoire au compteur sur les cinq derniers matches, le Progrès a besoin de se relancer, s'il veut continuer à rêver d'Europe. Avec le retour de cadres comme Ramdedovic et Bouzid qui apportent leur expérience, les indicateurs sont revenus au vert pour Niederkorn, qui va malgré tout être pris à froid par un contre rudement bien mené d'Osmanovic (0-1, 7e). Ce but aurait pu plonger les hommes de Carzaniga dans le doute, mais c'est le contraire qui va se passer. Après une semaine de travail collectif en plus aux mains de leur nouvel entraineur, le Progrès prend le taureau par les cornes, et surtout un certain... Paul Bossi.



Le latéral local, très en vue dans cette première période, va offrir l'égalisation aux siens, mais surtout son entente avec Sébastien Thill marche du feu de Dieu. Le jeune néo-international, à la baguette, régale par ses dé- cisions et ses passes millimétrées. L'attaque locale est dans un grand jour, car de l'autre côté, Poinsignon met à mal le côté gauche wiltzois à chaque prise de balle, à chaque accélération. C'est d'ailleurs lui qui, après avoir fait une première passe décisive à Bossi, va offrir l'avantage aux siens juste avant la mi-temps, grâce à un caviar devant le but pour Rossini (2-1, 44e).



Photo Bernard Bamberg



L'attaque locale régale. Enfin. Et démontre tout son talent avec un Rossini très à l'aise. Les Wiltzois se montrent plus entreprenants en deuxième mi-temps et ne déméritent pas, mais une passe en retrait trop molle de Conrad va venir ruiner les rêves de point. Rossini n'en demandait pas tant pour rendre à Poinsignon la monnaie de sa pièce (3-1, 61e). Est-ce la fin de cette mauvaise passe pour le Progrès?



Pascal Carzaniga ne parle en tout cas que de travail : «On en saura plus dans deux matches. On va savourer cette victoire, continué à travailler. On a prouvé aujourd'hui qu'on était prêts pour le combat et on a dominé dans tous les secteurs. C'est une victoire méritée, les joueurs ont fait du sacré boulot cette semaine et cette victoire est une juste récompense. Ces quatre buts vont faire du bien dans la tête. Mon seul regret est qu'on aurait pu en marquer encore plus, mais ça prouve qu'il reste encore pas mal de pain sur la planche.» Le Progrès panse ses plaies. On saura la semaine prochaine si ça cicatrise bien et si l'attaque jaune et noire a enfin lancé sa saison.



Alexandre Adam.



 


Powered by azurCMS