news

F.C. Progrès Niederkorn - F.C. Differdange 03 la revue de presse - 17.10.2015

La revue de presse complète du match F.C. Progrès Niederkorn - F.C Differdange 03: 



Tageblatt, Le Quotidien, Luxembuger Wort et L' Essentiel.



 











Niederkorn vainqueur moral



DIVISION NATIONALE (9e JOURNÉE, MATCH AVANCÉ) Niederkorn a une fois de plus perdu le derby à domicile contre Differdange. Vendredi, face à des Rouge et Noir bien tristes, il aurait pourtant mérité un autre sort. Mais le carton rouge de Bouzid ne l'a pas aidé.





Pas assez vicelards, les Niederkornois ont fini par craquer en infériorité numérique. Une bien sale opération au classement qui ravit l'ennemi differdangeois.



De notre journaliste Matthieu Pécot



En tant qu'équipe qui vise ouvertement le titre, Differdange peut-il se satisfaire d'une victoire comme celle de vendredi? Non, non et mille fois non. Heureusement que la lucidité est une qualité de la maison, ce qui a permis à Marc Thomé et Omar Er Rafik, dès le coup de sifflet final, d'avouer que la prestation du FCD03 avait été atroce. Ils n'ont pas utilisé ce mot, mais l'idée est là.



L'alibi d'avoir perdu prématurément deux attaquants sur blessure (Almeida 40e, Caron 52e) n'est pas recevable. Vendredi, pour être honnête, on n'a rien compris, surtout pas comment la première frappe a dû attendre la 71e minute pour voir le jour. E Avait-on seulement déjà vu ça dans l'histoire du club? Et encore, on parle là d'un vague coup franc de Gilles Bettmer envoyé dans le mur. Le Progrès en était alors à douze tentatives (dont une seule cadrée), ce qui donne une idée assez de nette de qui méritait quoi. Le scénario du coup de poignard était de plus en plus clair et c'est Jordann Yéyé, de loin le plus entreprenant de son équipe, qui a endossé le rôle du criminel, en se jouant de Soares et Ramdedovic avant de punir Flauss de près (0-1, 73e).



Au terme d'un petit exploit personnel, Jordan Yéyé parvient à glisser le ballon sous le ventre de Flauss et a donné à Differdange un succès non mérité. 



On aurait parlé d'authentique hold-up si le Progrès avait été un dominateur plus évident qu'il ne l'a été. Il l'a été, oui, mais le symbole de ce duel perdu par Rossini face à la charnière Martin-Bukvic rappelle que, du côté des Jaune et Noir, on a trop souvent été dans l'à peu près offensif pour faire mal à cet adversaire prenable.



Bouzid, l'expulsion qui change tout



Avant d'être la référence du haut de tableau qu'il a l'ambition de devenir, le Progrès a encore beaucoup à apprendre de son voisin sur ce type de rencontre. Il n'a rien à lui envier dans la débauche d'énergie, mais dans un match fermé comme celui auquel on a eu droit, la force d'une équipe doit aussi être de savoir faire des fautes sans se faire > prendre le doigt dans le pot de confiture. Dans ce domaine, les Niederkornois ont énormément manqué de vice, y compris Bouzid, aussi expérimenté soit-il. Sa main volontaire est une vraie bêtise dont il aurait pu se passer, surtout lorsqu'on a déjà pris un jaune et qu'on a commis dix minutes plus tôt une faute qui méritait déjà un deuxième jaune... Il ne faut pas chercher une autre analyse que celle-là : cette expulsion (45+1) a tout conditionné.



Cela n'a pas empêché les joueurs d'Olivier Ciancanelli d'être les plus entreprenants. Oui, oui, même en infériorité numérique. Et si vous voulez tout savoir, lorsque Dino Ramdedovic a lui aussi récolté un carton rouge (82e), Niedekorn a encore trouvé le moyen de perturber un ensemble differdangeois décidé- ment trop fragile. Mais Differdange n'a pas besoin d'être bon pour gagner des matches. Vendredi, c'est ça et seulement ça qui nous a rappelé que c'était une grande équipe.



Ça va coûter cher



Deux expulsions pour le Progrès. M. Bourgnon a été intransigeant. Photo : Julien Garroy



Deux expulsés côté niederkornois et deux blessés assez sérieux en attaque côté differdangeois.



Lourd bilan.



Marc Thomé et son staff médical se souviendront sûrement jusqu'à la prochaine trêve internationale de leur déplacement au stade Jos-Haupert. Il y a sûrement perdu pour quelques semaines son homme en forme des matches amicaux Gonçalo Almeida (quatre buts en deux matches), sorti après s'être vraisemblablement déchiré l'arrière de la cuisse droite.



Il a été rejoint peu de temps après par un autre membre du secteur offensif differdangeois, qui s'est esquinté dans un duel qui s'est terminé au sol : Gauthier Caron. Le Français avait lui l'air bien plus mal en point à sa sortie, se tenant l'épaule. Clavicule? A priori, ce serait même acromio-claviculaire avec risque d'opération. Il existe un risque très fort de ne pas le revoir cette année. Avec Yéyé, Er Rafik et Luisi, il reste de la marge au FCD03, d'autant que derrière, des Bastos et autre Piskor piaffent d'impatience. Mais au moment d'affronter le F91, dans deux semaines, les options seront bien moins nombreuses pour composer l'attaque...



Le souci est plus gérable, a priori, pour le Progrès, qui a déjà répondu largement présent sans Bouzid (expulsé) contre le Fola le mois dernier (1-1) et qui est resté très solide dé fensivement à dix durant toute la deuxième période.



Quant à Ramdedovic, qui a été, lui, averti à deux reprises pour des fautes justifiées, il pourra être suppléé numériquement par un Olivier Thill qui ne demande qu'à prendre du temps de jeu et de l'influence. Le souci, c'est que la profondeur de banc niederkornoise, derrière, va en pâtir. Et s'il veut rester au contact, le Progrès devra faire le plein de point à Mondorf et contre Wiltz. Avec deux grands patrons de l'équipe en moins…



J. M.



Le Progrès s'est senti arnaqué par l'arbitrage



LES QUESTIONS DU MATCH Deux rouges et un penalty non sifflé au cœur des discussions après la rencontre.



Lésé de sa victoire lors du dernier match au Fola (1- 1), pour une erreur du trio arbitral qui a annulé un but parfaitement valable, le Progrès l'avait mauvaise.



BOUZID MÉRITE-T-IL SON ROUGE? Le capitaine niederkornois, déjà exclu une fois au cours des huit premières journées, pour une main (contre Rumelange), a réussi à commettre en une mi-temps (en étant par ailleurs assez bon) trois fautes qui auraient toutes pu valoir (ou valu) un jaune. La première, un tacle, le pied légèrement en avant, est la plus limite, mais elle lui a coûté une biscotte. S'il y a coupé de justesse à la 40e, son petit mouvement de bras à la 45e sur un ballon en profondeur, a forcé le Progrès à jouer une mi-temps à dix.



Y AVAIT-IL PENALTY POUR LE PROGRÈS? N'en déplaise à M. Bourgnon, à la 51e, la tentative de sombrero de Thill en pleine surface sur Jänisch heurte bien la poitrine de l'international, mais le deuxième essai du buteur luxembourgeois, moins d'une seconde plus tard, accroche bien la main du milieu de terrain du FCD03, qui perturbe la trajectoire du ballon.



QUE VALAIT LE DUEL BUKVIC-ROSSINI? Il n'a pour ainsi dire pas eu lieu, le géant du Progrès ayant le plus souvent dans sa sphère d'influence un Martin qui a tout fait pour contrarier son jeu aérien. Si Marc Thomé a attendu de voir si l'Italo-belge serait titulaire pour savoir s'il devait aligner Bukvic, Martin l'a tenu tout seul comme un grand, jouant de son corps et de ses bras pour remporter ce mano à mano tout seul comme un grand. J. M.



LE FIL DU MATCH



73e minute : premier tir cadré du FCD03



3e Poinsignon déborde côté gauche. Son centre en retrait arrive dans les pieds de Cassan à l'entrée de la surface. Son contrôle est de trop et sa frappe non cadrée. 8e Er Rafik résiste à la charge de Thill et Dog et décale Yéyé côté droit. Son centre est dangereux mais Soares tacle en corner. 20e À la réception d'un coup franc lointain de Thill, Bouzid, dans les six mètres, profite d'une absence de Bukvic, mais son tir est trop croisé. 60e Cassan rentre dans la surface côté droit et centre au premier poteau pour Thill, dont la reprise du droit passe au-dessus. 61e Pas attaqué, Garos tente sa chance de vingt-cinq mètres. Weber claque en corner. 73e Yéyé s'enfonce dans la surface côté droit, slalome entre Soares et Ramdedovic, se présente seul devant Flauss et place le ballondu plat du pied sous le ventre du gardien niederkornois. 0-1 78e Bossi sert Poinsignon dans le dos de la défense. Sa frappe du gauche au premier poteau passe de peu à côté de la lucarne.







1:0-Sieg gegen Niederkorn Differdingen triumphiert im Derby



Ismaël Bouzid (Niederkorn) wird von Omar Er Rafik (r.) gestört. 

Foto: Fernand Konnen



(jot) - Zum Auftakt des neunten Spieltags in der BGL Ligue hat sich Differdingen im Lokalderby mit 1:0 bei Niederkorn behauptet.



Der goldene Treffer gelang Yéyé in der 73.'. Zuvor hatte sich Differdingen schwer getan, in Überzahl - der Niederkorner Bouzid hatte in der Nachspielzeit der ersten Halbzeit wegen Handspiels eine zweite Gelbe Karte gesehen - zu hochkarätigen Chancen zu kommen. Ab der 82.' musste Niederkorn sogar in doppelter Unterzahlspielen, nachdem Ramdedovic ebenfalls mit Gelb-Rot vom Platz geflogen war. Die Begegnung wurde von Bourgnon geleitet.



Durch den Sieg hat Differdingen nur noch zwei Punkte Rückstand auf Tabellenführer Düdelingen, der aber erst am Sonntag gegen den RFCU Lëtzebuerg antritt. Niederkorn belegt weiterhin den fünften Rang.





Yéyé fait swinguer Differdange



Almeida devant Ferino. Le FCD03 parviendra à ses fins mais le Progrès aurait mérité le partage des points. 

Photo: Ferannd Konnen



Pour la quatrième fois consécutivement le FC Differdange 03 est venu s'imposer sur la pelouse du Progrès, ce vendredi soir en ouverture de la 9e journée de BGL Ligue. Le derby de la Cité du Fer est tombé dans l'escarcelle des hommes de Marc Thomé grâce à un exploit individuel.



Le match et sa note: un derby vaut pour son engagement mais pas seulement. Le Progrès et le FC Differdange 03 ont attendu une grosse mi-temps pour enfin offrir aux 1643 spectateurs présents au stade Jos Haupert une qualité de jeu digne de ce nom. Etait-ce la faute d'une trop longue trêve internationale, toujours est-il que les visiteurs étaient les mieux en place tactiquement alors que les Jaunes se montraient les plus pressant sur le but d'un Weber qui allait se montrer intraitable au cours de cette rencontre mais devait souffler un bon coup lorsque Bouzid croisait trop une reprise quasiment à bout portant suite à un coup de Thill (19e). Bukvic, pas heureux sur ce coup, s'était bien raté.



Le grand défenseur differdangeois avait été préféré à Siebenaler pour contrer le grand Rossini dans la surface. Mais l'attaquant belge, qui revient de blessure, n'aura  pas vraiment l'occasion de se mettre en évidence mis à part en seconde période lorsqu'il ratera une reprise sur le deuxième corner de sa formation (54e).



Un Menaï, touché et en tribune, ou un Rougeaux, pas retenu, aurait sans doute fait un bien fou à une formation niederkornoise bien maladroite en phase de conclusion et réduite à dix lorsque Bouzid écopait d'un deuxième carton jaune juste avant la rentrée aux vestiaires.



Le Progrès laisse passer sa chance



Paradoxalement, c'est à la reprise que le Progrès allait enfin se lâcher. Le club d'Olivier Ciancanelli aurait même pu - certainement dû - être crédité d'un penalty pour une main dans la surface de May (49e), mais M. Bourgnon ne sanctionnait pas le geste fautif du capitaine differdangeois.



Ce coup du sort n'explique pourtant pas le gros raté de Sébastien Thill, à l'heure de jeu, lorsque sur un service de Cassan qui avait "mouché" Martin, côté droit, le jeune international ne trouvait pas le cadre-. Par contre, Garos, lui trouvait le cadre et de belle manière soixante seconde plus tard. Le natif de Rouen avait pris sa chance à 25 mètres mais Weber s'était détendu avec classe pour repousser le danger en corner.



Cette frappe du milieu défensif niederkornois était la première frappe cadrée du match...



Le Progrès venait de laisser passer sa chance et plus rien ne tournera en faveur des Jaune et Noir. A commencer par l'intenable Yéyé qui appuyait là où ça fait mal en slalomant dans la défense de Flauss, en déposant Soares au passage, pour aller glisser le ballon hors de portée du gardien français (0-1, 73e).



Differdange avait fait le plus dur. Le Progrès jetait toutes ses forces offensives dans la bataille, manquait une balle d'égalisation par Poinsignon, pas assez précis dans sa frappe (78e),  et terminait même le match à neuf à la suite d'un second carton jaune-rouge adressé cette fois-ci à Ramdedovic (80e). 



Le derby avait choisi son camp. Pour la quatrième fois en quatre saisons, le FCD03, plus réaliste, raflait la mise sur la pelouse du stade Haupert.



La note de 9/20 vient sanctionner un match engagé, parfois très viril, mais assez pauvre techniquement.



Le fait du match: en écopant d'un second carton jaune pour une faute de main tout à fait évitable, juste avant la pause, Ismael Bouzid n'a pas rendu service à ses partenaires. Une faute de débutant pour un joueur pourtant très expérimenté et qui avait déjà écopé de la même sanction cette saison contre Rumelange.



L'homme du match: un éclair dans la nuit niederkornoise. Au milieu des imprécisions et des déchets techniques, Jordan Yéyé a apporté la lumière sur ce derby en même temps que les trois points à sa formation en s'offrant un slalom de toute beauté dans la défense locale. C'est aussi lui, en partant au but, qui provoque l'expulsion de Dzenid Ramdedovic à la 80e minute de jeu.





Differdange s'impose sur la pelouse du Progrès



Le FCD03 s'est imposé sur le score de 1-0 vendredi soir sur la pelouse du stade Haupert en ouverture de la 9e journée de BGL Ligue.



Le Progrès a terminé le match à neuf après la sortie sur carton rouge de Ramdedovic . (photo: Editpress)



«Ça va être un match compliqué mais on ne peut pas se permettre de s’incliner au Progrès Niederkorn», avouait le coach de Differdange, Marc Thomé, avant le derby de vendredi soir. Un souhait qui a été exaucé. Pour la quatrième fois consécutive, le FC Differdange 03 s'est imposé sur la pelouse du Progrès, ce vendredi soir en ouverture de la 9e journée de BGL Ligue.



Après une première mi-temps plutôt ennuyeuse, le Progrès s'est réveillé en deuxième période sans conclure. C'est finalement un but de Yéyé à la 73e minute qui a permis à Differdange de remporter la rencontre. Quelques minutes plus tard (80e), Ramdedovic écopait d'un second carton jaune-rouge laissant le Progrès terminer le match à neuf. (L'essentiel)

Powered by azurCMS