news

Revue de presse - 16.10.2015

BGL ligue story – Journée 9 – DERBY TIME : F.C. Progrès Niederkorn vs F.C. Differdange 03 ce VENDREDI 16/10/2015 à 20h00.



Le derby l' avant match par le tageblatt, Le Quotidien et L'essentiel en un clic:















Quatre à la suite?



DIVISION NATIONALE (9e JOURNÉE) Le Progrès n'a plus battu Differdange depuis trois rencontres à domicile.





Le Progrès Niederkorn espère s'approcher du record de spectateurs du derby établi par le FCD03 lors de l'inauguration du Parc des Sports, avec 2 200 spectateurs.



De notre journaliste Julien Mollereau



Differdange est invaincu depuis sept matches. Differdange a gagné lors de ses trois derniers dé- placements au stade Jos-Haupert. Differdange a mis 33 % de buts en plus que le Progrès depuis le début de la saison.



Dans la longue liste des faits statistiques, Niederkorn a aussi quelques jolis chiffres à agiter pour faire valoir ses droits sur le derby : il possède la meilleure défense du pays en compagnie du F91 (4 buts seulement encaissés, soit un tous les deux matches) et ne compte que des victoires à domicile, cette saison. C'est bien, c'est beau, oui, mais le Progrès ne parvient tout simplement pas à gagner contre ses pairs : nul à la Jeunesse (0-0) en ouverture, défaite à Dudelange (2-1), nul sur la pelouse du Fola (1-1).



Ce bilan simpliste et largement critiquable aurait pu être contrecarré par Olivier Ciancanelli, le coach du Progrès. Il n'en a même pas besoin vu que c'est Marc Thomé en personne qui vole à son secours depuis le banc differdangeois : «La Jeunesse, c'était l'ouverture du championnat et une énorme bataille tactique. Au F91, ils ont fait largement jeu égal et au Fola, j'y étais, ils doivent gagner.» Convaincant Thomé. Il faut dire qu'il est bien placé pour défendre le bilan de son adversaire du jour : en amical, durant l'été, son équipe a pris un cinglant 3-0 et «n'avait pas vu le ballon». Au moment de remettre le couvert après trois semaines d'une inactivité qui a rongé tout le monde sauf au FCD03 où le staff en a profité «pour évacuer cette fois définitivement la lassitude physique de l'Europa League», toutes les conditions sont réunies pour qu'une des deux équipes manque de rythme et se troue. Ce serait gênant, sous peine de voir le F91 et le Fola prendre plusieurs longueurs d'avance.



Entre 1 500 et 2 000 personnes attendues «On ne jouera pas pour ne pas perdre en tout cas, avance Ciancanelli. Ne serait-ce que parce que ce derby, on ne l'a plus gagné depuis longtemps.» Gagner donc. Mais avec quelle attaque? Rossini, même s'il postule, est encore officiellement en phase de reprise. Menaï (cheville) est, lui, douteux. De toute > façon, Niederkorn anticipe plutôt que c'est, «entre l'une des meilleures attaques et la meilleure dé- fense», au milieu que tout pourrait se jouer. Ciancanelli, en voyant le FCD03 contre Hamm, a identifié une organisation en 4-2-4, «mais cela m'étonnerait qu'ils viennent ici comme ça». Et alors que l'entrejeu differdangeois devrait être emmené par Jänisch plus on ne sait pas qui, le Progrès va, lui, aligner ses machines à compresser l'adversaire en le privant de ballon, les inamovibles Garos, Ramdedovic et Cassan, à moins que l'hyper prometteur Olivier Thill n'ait déjà gagné ses galons de lieutenant durant la trêve et au fil de matches amicaux pas convaincants du tout et que son coach préfère minimiser puisque «des trucs y ont été tentés». Et dont a priori rien ne sera gardé. De son côté, le FCD03 a eu droit à un Almeida supersonique auteur de quatre des sept buts du club en amical. Bref, l'affiche est excitante parce qu'elle reste indécise.



La saison passée, en prévente, Niederkorn avait vendu 150 billets. Il en a vendu au moins le double cette fois et espère recevoir entre 1 500 et 2 000 personnes pour s'approcher des 2 200 fans qui s'étaient déplacés (gratuitement) en 2012. Ceux qui seront là, en tout cas, risquent de ne pas le regretter.













Le Progrès fait du derby un véritable événement



FOOTBALL - Depuis deux saisons, le Progrès est l’équipe qui monte. Il veut profiter du derby ce vendredi (20h) pour créer l’événement.



Olivier Cassan (à g.) et le Progrès veulent briller face aux voisins de Differdange, ce vendredi soir. (photo: Editpress)



Si le derby Progrès-Differdange n’est pas un match comme les autres, les dirigeants de Niederkorn ont bien l’intention de faire de ce rendez-vous un «véritable show» sur et autour de la pelouse. Lever de rideau, animations en tout genre, soirée d’après-match, accueil des VIP, le directeur sportif, Thomas Gilgemann, et son équipe ont tout organisé. 

Pas question pour les spectateurs de se contenter de 90 minutes de football, le Progrès assure un marketing d’enfer pour faire de Niederkorn une place forte de la BGL Ligue. D’ailleurs, «le derby Time» a débuté depuis quelques semaines, les dirigeants n’ont pas manqué d’assurer une communication régulière pour que les spectateurs viennent en nombre et surtout passent une excellente soirée au Stade Jos-Haupert.



«Un match compliqué»



On en oublierait presque l’aspect sportif. Pourtant, le derby oppose bien deux formations très ambitieuses. Differdange, 4e avec le même nombre de points que le voisin, voit dans ce match une occasion d’accrocher le trio de tête. «Ça va être un match compliqué, avoue le coach de Differdange, Marc Thomé, mais on ne peut pas se permettre de s’incliner au Progrès Niederkorn». Une question de fierté... 

De son côté, Olivier Ciancanelli connaît aussi très bien les enjeux de ce match. Il compte notamment sur sa solide défense (4 buts encaissés) pour réussir un bon coup au niveau sportif. Mais il ne pourra pas s’appuyer uniquement sur cet argument, il faudra aussi assurer le spectacle sur le terrain. 


(Saïd Kerrou/L'essentiel



Powered by azurCMS