news

Niederkorn: la dure loi de l'Europe - 08.07.2015

L'attaque du Progrès est restée muette pendant 180 minutes


Hakim Menaï et ses partenaires du Progrès ont pris une leçon mardi soir. A méditer pour progresser. 

Photo: Gary Carr/ INPHO



Le Progrès en a fait l'amère expérience: les compétitions européennes ne pardonnent rien. Sur le banc des accusés, le manque de réalisme à l'aller et au retour face aux Shamrock Rovers. Mais nul doute que, dans le futur, l'expérience emmagasinée lors de ces deux soirées européennes servira. 



Comme le résume bien le président Fabio Marochi: «Il faut en passer par là, d'autres clubs luxembourgeois ont connu ça aussi au moment de retrouver l'Europe». 33 ans après sa dernière campagne européenne, il est bien difficile de blâmer le Progrès pour cette élimination, tant l'envie de bien faire animait le groupe. Il aura manqué l'efficacité nécessaire dans ces matches à élimination directe pour donner encore plus belle allure à la copie des Jaune et Noir. 



Au rayon des points positifs, comme l'explique Thomas Gilgemann, «Ces matches ont apporté de la maturité à notre groupe, on a toujours expliqué dans notre discours ne pas vouloir brûler les étapes». Le manager général voit donc son groupe grandir petit à petit, et cette double confrontation face aux Shamrock Rovers à selon lui indiqué «que l'équipe est sur la bonne voie, elle a montré des choses intéressantes». 



Ces détails qui font de grandes différences



Du côté des joueurs, même son de cloche: on veut retirer le positif et montrer que le club est en... progrès. Samuel Dog, la sentinelle de la défense s'explique: «Cela va nous apporter beaucoup, c'est le genre de matches avec lesquels on apprend et on grandit, la différence avec le championnat c'est qu'ici tous les détails comptent». Des détails comme des contrôles mal effectués et des dégagements un peu trop à l'emporte-pièce qui au final peuvent coûter cher. 



Adrien Ferino explique lui avoir été heureux de pouvoir jouer dans une telle ambiance et a déjà envie d'y regoûter: «Je joue au football pour des choses comme ça». Comme ses coéquipiers, il reconnaît le manquement dans la finition, malgré les bons centres qu'il a su distiller depuis son côté droit: «A chaque fois il s'en est fallu de peu, parfois une petite pointe aurait suffi pour mettre la balle au fond, eux ont eu cette petite pointe, pas nous». 



Mais qu'à cela ne tienne, le Progrès Niederkorn voudra l'an prochain reprendre une part du gâteau européen. Avec un an d'expérience en plus et cette même ambition, on ne voit pas ce qui pourrait empêcher le club de voir plus loin. La condition sera déjà de confirmer la belle saison effectuée l'an passée en BGL Ligue. Pour cela le groupe à encore trois semaines pour se préparer avant son premier choc de la saison, ce sera face à la Jeunesse, le 2 août. 



A Dublin, Thibaut Goetz


Powered by azurCMS