news

Sébastien Flauss (Progrès): «Ils sont prenables» - 06.07.2015

Le gardien de Niederkorn se livre avant le match retour en Irlande (mardi à 21h)


Avant d'en découdre avec les Shamrock Rovers (mardi à 21h) en match retour du 1er tour préliminaire d'Europa League (aller: 0-0), Sébastien Flauss, le nouveau portier du Progrès, confie ses impressions et son ressenti depuis son arrivée chez les Jaune et Noir. 



© Crédit photo FCPN/Luc C. 




  • Sébastien, vous avez débuté en France, à Forbach, et ensuite très vite, vous êtes parti en Allemagne, en Oberliga (FC Sarrebruck, SV Elversberg, Borussia Neunkirchen). Pourquoi avoir choisi le Luxembourg pour la suite de votre carrière? 



J'ai été plus ou moins formé en Allemagne, avec la discipline et la rigueur allemandes. Je n'avais pas en tête de revenir en France, car c'est une autre mentalité. J'ai choisi le Luxembourg, car je trouve que c'est beaucoup plus professionnel que la France et également plus technique et moins physique que l'Allemagne. 



 © photo René Bach




  • Comment s'est déroulée votre arrivée au Progrès? 



C'est Thomas Gilgemann qui m'a contacté il y a déjà cinq mois. On se connaissait depuis Forbach, il m'a entraîné quand j'étais plus jeune. Il m'a appelé un jour, j'ai tout de suite réfléchi à sa proposition. Il est venu me voir, je suis également venu deux, trois fois au Progrès et le projet m'avait l'air intéressant, j'avais envie d'un nouveau challenge. Après sept ans en Allemagne je suis content de voir autre chose et mon intégration s'est vraiment bien passée. C'est un club familial avec un très bon esprit.




  • Vous avez réalisé un match aller de fort belle facture face aux Shamrock Rovers. Vos coéquipiers louent déjà votre très bon jeu au pied et votre sérénité dans les cages. Ca vous étonne de recevoir autant de compliments sitôt arrivé? 



Je suis content que l'on parle si rapidement en bien de moi. Maintenant, à moi de montrer que l'on ne dit pas ça pour rien. Je suis le dernier rempart, on compte sur moi, et avec l'expérience que j'accumule depuis quelques années, je suis plus serein effectivement. 




  • Disputer la Coupe d'Europe c'est le rêve de nombreux footballeurs. C'est un facteur qui a sûrement pesé dans la balance pour venir au Progrès? 



Oui, bien sur, je ne suis pas footballeur professionnel, et disputer une Coupe d'Europe en tant qu'amateur c'est quand même pas mal. J'espère qu'on va faire un bon résultat mardi soir pour continuer cette belle aventure. 




  • Précisément, donner une suite a cette belle aventure c'est vraiment possible au vu du match aller? 



Ils sont prenables. Ca va être difficile chez eux, ce seront des conditions totalement différentes de l'aller, mais nous n'avons pas à nous cacher. On est une très bonne équipe également, nous formons un très bon groupe, alors j'y crois. 




  • Un score nul et vierge à l'aller: si le score se répète au retour, ce sera la loterie des tirs au but. C'est un cas de figure auquel vous vous préparez? 



Oui, c'est sûr. Même si on imagine le meilleur scénario possible, on doit jouer pour gagner. Honnêtement, je n'aimerais pas aller aux tirs au but c'est toujours la loterie, mais en tant que gardien je n'ai rien à perdre. 




  • Vous étiez capitaine dans votre ancien club. En dépit de votre arrivée récente, est-ce que vous vous sentez déjà dans la peau d'un meneur? 



Un gardien se doit de parler, de communiquer avec ses coéquipiers, de les diriger. Je ne me gêne pas pour ça, je crois qu'ils ont vite compris que j'avais une «grande gueule» (rires). C'est pour le bien de l'équipe, je n'aboie pas pour rien. J'ai cette mentalité de meneur, j'aime quand les choses se passent comme je veux et j'aime motiver les autres. 



Premier entraînement sur le sol irlandais ce lundi soir



Les 25 joueurs et le staff du club sont arrivés à Dublin à 10 heures lundi matin (heure locale, soit 11 heures au Luxembourg). Après avoir pris possession de leurs quartiers dans un hôtel avec vue sur le Tallaght Stadium, ils prendront part à leur premier entraînement sur le gazon irlandais sur le coup de 20 heures locales, soit l'heure du match mardi.



à Dublin, Thibaut Goetz


Powered by azurCMS