news

Gardien, buteur et beau parleur... voilà Flauss - 02.05.2015

Thomas Gilgemann l'a affublé du titre sans prendre de gants  : « Il a le meilleur jeu au pied du Grand-Duché .» Qu'est-ce qui peut bien lui faire dire ça? Peut-être le dernier match de la saison passée disputé par Sébastien Flauss avec Neunkirchen, club dont il est le capitaine depuis trois ans  : alors que son numéro  2, âgé de 38  ans, va partir en retraite, le club lui «offre» une titularisation aux buts pour fêter ça. Flauss est jugé assez bon pour ne pas rester sur le banc et prendre part aux festivités. Résultat  : en tant qu'avant-centre, il plante deux buts à Elversberg!



Ce n'est pas pour ça que le Progrès l'a pris puisqu'il attend toujours la signature de Giuseppe Rossini (même s'il a deux autres options dont le meilleur buteur de CFA française, dixit sa cellule recrutement et qui se trouve être un joueur de Vitré, natif des Vosges, Rémi Laurent). Flauss, lui, a été signé pour « sa rigueur et son professionnalisme », explique Thomas Gilgemann.



Formé à Sarrebruck, le Français ne sait pas vraiment s'il est un gardien typiquement hexagonal (« Je m'identifie à Lloris pour son profil gaucher, pas impressionnant physiquement, mais qui n'a peur de rien ») ou carrément allemand (« Je revendique cette rigueur .»). Germanophone, en tout cas, c'est certain, puisqu'il se demande déjà s'il connaît tous les termes techniques pour diriger une défense dans la langue de Molière, attendu qu'il vient de passer les neuf dernières années de sa vie à le faire de l'autre côté de la frontière. Et c'est important car il concède « parler énormément sur un terrain ». Et ce n'est rien de le dire puisqu'il hausse la voix... tout le temps. « Ce n'est pas méchant, mais j'ai une mentalité de meneur. La moindre des choses, quand on est le dernier homme sur le terrain, c'est de tout faire pour qu'il n'y ait pas de malentendu. » Venu voir à quoi ressemblait le Progrès lors du derby differdangeois, Flauss a d'ailleurs été surpris que l'on parle si peu sur le terrain côté jaunard...



Titulaire pour la première fois à seulement 17  ans avec la réserve de Sarrebruck quand la 1 re évoluait en Bundesliga, élu deux fois gardien de l'année en Sarre, presque recruté par Schalke l'année de ses 20  ans, passé par Elversberg en Regionalliga, Flauss a tout pour faire un numéro  1 convaincant. « Je suis venu parce que le Progrès m'a vendu du rêve et que l'Europe en fait partie », glisse-t-il enfin. Même Christophe Cunha, présenté le même jour, a eu du mal à en placer une. Ça promet!


Powered by azurCMS