news

Le Progrès s'y remet - 13.04.2015

Cela fait trois journées que le Progrès n'est plus capable de gagner en DN. Après deux défaites consécutives, il a enfin stoppé l'hémorragie face à la Jeunesse en ramenant le match nul au meilleur moment contre son principal concurrent pour la 4 e place. Mais il lui faut désormais du point et contre Etzella, ce n'est pas facile  : Nikki Wagner, le coach d'Etzella, décide d'aligner un rideau de cinq défenseurs. Un schéma qui porte ces fruits lors de la première période. Mais le Progrès a beau avoir le monopole du ballon, il est incapable de se créer des occasions.



Le Progrès manque de rythme pour mettre les Ettelbruckois en danger. Et en défense, ils ne sont pas toujours sereins  : ce sont les Nordistes qui se créent les occasions les plus franches lors des 45  premières minutes. À commencer par la 3 e minute, lorsqu'Augusto se retrouve en position de tir, mais qu'il écrase trop sa frappe. Chose que Jurina n'a pas fait quelques minutes plus tard, mais son tir à ras de terre tape le poteau de Castellani. Plus de peur que de mal, mais un vrai avertissement. Suivi d'un autre, le dernier  : à 10  minutes de la mi-temps, à la retombée du ballon, Kühne frappe pour... une grosse intervention de Castellani.



Les hommes de Ciancanelli se retrouvent sous la pression de la Jeunesse, qui mène de son côté. Le message est passé, car le Progrès se réveille enfin et commence à trouver la brèche. Le premier à se mettre en évidence est Olivier Cassan qui hérite d'un bon coup-franc des 18  mètres, mais sa frappe enveloppée n'est pas cadrée. Cette occasion va sonner la révolte, car à la 68 e , le Progrès ouvre la marque par l'intermédiaire de Menaï qui profite de plusieurs mauvais dégagements des Ettelbruckois pour se retourner et frapper en pleine lucarne (1-0, 68 e ). Une délivrance pour les locaux qui vont peu après achever leur adversaire. Nikki Wagner est obligé de changer sa tactique pour essayer d'égaliser. Mais cela ne s'avère guère payant, car ce sont les Niederkornois qui vont doubler et même tripler la marque par Poinsignon (72 e ) et Rougeaux (92 e ) pour clôturer. Le Progrès a eu besoin de 45  minutes pour se réveiller. Mais il se remet enfin à gagner et ce n'est pas un luxe vu que la Jeunesse reste en embuscade...



Le Quotidien vom Montag, 13. April 2015


Powered by azurCMS