news

Balle de match pour Niederkorn - 04.04.2015

Si la 4e place a encore une grande chance d'être qualificative pour l'Europa League à l'issue des quarts de finale de la Coupe de Luxembourg, qui se jouent samedi, la Jeunesse n'a pas le droit de perdre face au Progrès. Si elle se retrouve à sept points, ce sera quasiment mort...

La Jeunesse a la pression. Pour une fois, même Dan Theis le dit. La Vieille Dame, quatre longueurs derrière son hôte du jour à sept journées de la fin, ne pourra pas se contenter d'un nul. Niederkorn, si. « À la Grenz, annonce Olivier Ciancanelli, le coach des Jaunards, on va se battre pour le point. Et si on nous laisse en prendre trois, ce serait l'idéal. C'est un gros tournant de ce championnat! »





Pour aller chercher son bonheur, le Progrès pourra compter sur Garos, l'une des grosses révélations de la saison, de retour après avoir dû faire l'impasse sur le derby differdangeois, mais pas sur Cassan, suspendu. Quant à Rougeaux, il sort de deux semaines de kinésithérapie qui n'ont pas totalement rassuré sur l'état de son tendon d'Achille. Un Rougeaux en forme, ce serait pourtant important, parce que le Progrès sort de deux défaites consécutives en DN, que ce genre de choses ne lui était plus arrivé depuis plus d'un an et que craquer aussi près du but ne ferait que rajouter à sa frustration de la saison passée, quand il avait été coiffé au poteau par... la Jeunesse, pour une quatrième place finalement européenne.





L'idée générale, c'est donc de prendre une petite revanche sur l'été 2014. Et s'il n'est pas encore totalement prêt pour aller décrocher un ticket sur le podium, le club du président Bossi semble déjà dégager plus de sérénité que la jeune troupe de Dan Theis.



Si Differdange passe l'USR...



La preuve à l'aller : alors qu'elle mène 0-2 et qu'elle touche la barre sur coup franc, la Jeunesse craque deux fois en une minute (58 e et 59 e ) et lâche de ces points qui pourraient lui coûter très cher au décompte final. « Mais moi, je savais ça, affirme, fataliste, Dan Theis. Pour avoir été trois ans le coach des U19 de la FLF, j'ai appris qu'avec des jeunes, un dimanche tu te demandes pourquoi ils ne sont pas encore pros, et le suivant, tu te demandes quand est-ce qu'ils ont commencé à jouer au foot. On a d'énormes sauts de performance! » Et une incapacité à gérer la pression du résultat. À chaque fois cette saison, qu'un match était décisif, même de loin, la Vieille Dame s'est fait dessus.



« Nous, la seule pression qu'on a, c'est celle qu'on se met », sourit Ciancanelli. Il a beau jeu de le dire, mais si Differdange passe l'obstacle rumelangeois en Coupe et que deux clubs susceptibles de terminer dans le top 3 (soit le Fola, soit le F91) se retrouvent en demi-finales de la Coupe, la perspective d'une 4 e place européenne prendra de l'épaisseur. Et Niederkorn se fera rattraper par la réalité : il aura l'opportunité d'envisager de mettre fin à plus de 30 ans sans Coupe d'Europe. Si ça, c'est pas de la pression...



Le Quotidien vom Samstag, 4. April 2015


Powered by azurCMS