news

Le Progrès mangé tout cru à Strassen - 01.12.2014

COUPE DE LUXEMBOURG (5e TOUR) Le Progrès, 3e de DN, s'est incliné à Strassen, 3e de PH. Le score est sans appel (4-2). Les Niederkornois tombent de haut et ont montré de gênants signes de fragilité.



Ferino et Ramdedovic ont forcé le Progrès à terminer à neuf contre onze. L'UNA, seule équipe invaincue en PH, n'en demandait pas tant.



Ca devait arriver. À force d'avoir du jaune sur son maillot, le Progrès a fini par se prendre pour le Brésil. Pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur s'est concentré en une action de très haut niveau initié par un coup du sombrero de Garos et ponctué par un grand pont de Menaï sur Chioato, le portier de Strassen. Sans rien derrière. Pour le pire, il faut se rappeler de ce dont le Brésil est aussi le symbole, en 2014 : la fragilité défensive.

Défaillant dans le placement et l'agressivité, le secteur défensif niederkornois a logiquement et rapidement été puni. Sur un coup franc concédé par Paul Bossi, Jeffrey Da Graça (un des trois de Strassen qui a joué hier et qui est passé par le Progrès, comme Mondon et Miranda) poussait Dargenton à la faute de main. Le gardien, qui remplaçait Castellani pour l'occasion, ne faisait que repousser le ballon dans la mêlée. Au milieu d'une forêt de jambes, Dino Ramdedovic marquait contre son camp (1-0,11e), quand bien même le speaker de l'UNA attribuait le but à Mickaël Jäger. Il fallait voir là un présage. Jäger allait connaître sa période de gloire en alimentant généreusement ses statistiques par la suite, avec un but et deux passes décisives. Lourenço rayonne, le Progrès pète les plombs Deux minutes après avoir provoqué l'expulsion de Ferino (61e), il envoyait une frappe qui ressemblait davantage à un tacle (2-0, 63e). La suite? Une passe décisive pour Kevin Lourenço, qui finissait le boulot en ajustant Dargenton (3-0, 65e) et un nouveau service pour Lourenço, qui s'y reprenait à deux fois pour écoeurer Dargenton (4-0, 82e). Strassen, auteur d'un parcours quasi parfait à domicile en PH (5 victoires et 1 nul en 6 matches) n'était pas là pour plaisanter. Il suffisait d'écouter Asim Alomerovic à 3-0 pour en être sûr. «Allez les gars, on continue, on en

met d'autres!» Le deuxième carton rouge niederkornois, récolté par un Dino Ramdedovic qui avait la mauvaise idée d'aller découper Ruppert > (70e) deux minutes après avoir récolté un jaune pour une contestation, offrait à l'UNA un match tranquille. Bref, Strassen était bien meilleur que le Progrès hier. Il a réellement un effectif taillé pour la BGL Ligue et a brillé dans tous les compartiments du jeu hier, avec une mention spéciale à Kevin Lourenço, brillant à chacune de ses prises de balle. On jurerait même que la supériorité numérique de Strassen n'a fait qu'accélérer un sort auquel ne pouvaient échapper les joueurs d'Olivier Ciancanelli.

Le Progrès espérait certainement mieux terminer une semaine qu'il avait attaquée en fanfare avec la présentation en grande pompe de son nouveau joueur, l'international algérien Ismaël Bouzid. Peut-être que Niederkorn, qui sort d'une convaincante première moitié de championnat, avait déjà la tête à 2015. Mais s'il y a bien une chose que le

Progrès a gagnée hier, c'est que 2015 ne sera pas l'année où il brillera en Coupe, une compétition dans laquelle il nourrit pourtant chaque saison de grosses ambitions. La déception du capitaine Jonathan Rigo à sa sortie à l'heure de jeu, où il jetait de rage son brassard, illustre bien le fait que non, cette raclée n'était pas au programme des Niederkornois.

Et ce ne sont pas les deux buts «offerts » en fin de match par Chioato et sa défense à Poinsignon (4-1, 87e) et Thill (4-2, 90e) qui permettront aux Jaune et Noir de passer un bon Noël.


Powered by azurCMS