news

Ils seront soit fatigués, soit très chauds - 15.10.2014

Débarrassé d'un problème à la cheville qui l'a poussé à manquer quelques matches, le remuant latéral gauche du Progrès n'a pas chômé durant la minitrêve internationale.



On a tendance à dire que les trêves internationales peuvent couper l'élan des équipes en forme. Le Progrès craint-il que cette pause ne fasse pas ses affaires?

David Soares : Moi, je ne suis pas de cet avis. Si tu bosses bien pendant cette trêve, la forme, tu la gardes. Ce n'est pas non plus si long que ça. Si tu réussis à garder ton  sérieux aux entraînements en faisant comme s'il y avait un match le dimanche, il n'y a pas de problème. Et puis nous, en tant que leaders, il n'y a pas de risque que l'on perde la  motivation. Le but, c'est de garder notre place. Il n'y a aucun international dans votre sélection. Par rapport au F91, qui en compte une demi-douzaine, est-ce un avantage ou un inconvénient?

On a passé tous ces derniers jours ensemble pendant que certains Dudelangeois étaient ailleurs. Quand on voit les choses comme ça, on peut se dire que oui, on a forcément mieux travaillé les automatismes. En plus, notre groupe change peu d'une année sur l'autre alors qu'à Dudelange, beaucoup de nouveaux sont arrivés cet été. Mais bon, les joueurs du F91 ont un tel niveau tactique et technique qu'ils se trouvent vite. Il y a un petit réglage à faire mais on n'est pas loin de voir le meilleur Dudelange. On n'est plus au mois d'août, ils ont eu le temps de se connaître. La question, c'est de savoir si leurs internationaux vont revenir soit fatigués, soit au contraire très chauds. À mon avis, mentalement, ils seront là, mais physiquement, c'est là qu'ils peuvent pécher.

Le Progrès est leader. Quel Niederkornois pourrait rentrer dans le groupe de Luc Holtz à l'avenir? Paul Bossi et Sébastien Thill font tout le temps leur match. Ils mériteraient d'être appelés. Après, je comprends que le sélectionneur puisse faire d'autres choix. Après  tout, c'est lui qui décide!

Pour continuer sur la sélection, en tant que pur latéral gauche, estimez-vous que Mathias Jänisch a assez de concurrence?

Peut-être bien. Il y en a d'autres qui peuvent jouer à ce poste mais qui ne sont pas toujours appelés, comme Martino. Mais bon, Jänisch est toujours titulaire et il le mérite.

Il n'y a pas de raison de le changer puisque ce n'est jamais dans son couloir que le Luxembourg prend l'eau.

Dimanche, vous aurez en face de vous Da Mota, Turpel et Karapetian, des joueurs qui ont joué contre l'Espagne et la France ces derniers jours. Honnêtement, ça  n'impressionne pas un peu?

C'est toujours bon de se dire ça, ça valorise notre championnat. Mais ce n'est pas la première fois que je vais me retrouver en face d'eux. Da Mota, je le connais très bien. Et je pense qu'il jouera surtout à gauche contre nous. Et puis ce n'est pas parce qu'ils ont joué contre Piqué qu'ils sont Piqué. Pour ce qui est de Karapetian, au début, quand on l'a joué la première fois, l'année où il est arrivé, je ne le trouvais pas terrible. Maintenant, c'est un pilier du F91 et du championnat. Si Dan Da Mota se retrouve en face de vous, il ne devrait pas être dépaysé par rapport à l'Espagne puisqu'il paraît que l'on vous appelle le Jordi Alba de Niederkorn...

Ça, c'est pas moi qui l'ai dit! Ce sont mes coéquipiers qui m'appellent comme ça, par  rapport à ma taille et ma vitesse. Il va très vite, je l'aime bien. Mais à son poste, puisque je suis portugais, je préfère Fabio Coentrao, même si défensivement, ce n'est pas trop ça.


Powered by azurCMS