news

Le Progrès reprend la tête - 06.10.2014

Volontaire en début de rencontre, le CSG a payé cash son manque d'efficacité face à une équipe du Progrès qui a fini par dominer son sujet et reprendre ainsi la tête du classement.

• Le match



Après cinq défaites consécutives, Grevenmacher se doit de prendre le taureau par les cornes pour espérer venir à bout du Progrès. Les Mosellans ne se cachent pas et vont même au charbon pour parvenir à porter le danger à proximité des buts de Castellani. Mais pour parvenir à bousculer une équipe locale solidement installée dans la partie supérieure du classement, il ne suffit pas de se montrer volontaire. En manque de créativité et surtout de percussion offensive, le CSG se heurte inlassablement à un bon collectif jaune et noir.



Le scénario change dès que les locaux sortent de leur réserve pour prendre les choses en main. Une première frappe de Poinsignon, qui tente sa chance de vingt-cinq mètres, passe encore au-dessus de la cage (30e). Ce n'est que partie remise puisque sur l'action suivante, un coup franc de Bossi atterri, au second poteau, dans les pieds de Cassan qui loge le cuir dans les filets de Schaab (32e).



Appliqués et volontaires jusqu'ici, les Mosellans vont déjà s'écrouler après ce petit but. Prenant désormais le match à son compte, Niederkorn sonne la charge au retour des vestiaires. Cassan doublant rapidement la mise (51e) avant de servir Menaï (3-0, 53e). Les carottes sont cuites. D'autant plus que le CSG baisse les bras et que le Progrès ne se prive pas pour enfoncer le clou pour corser l'addition (6-0).



• La note du match: 11/20



Le CSG a bien entamé la rencontre mais n'a pas tenu la route et surtout ne s'est pas montré convaincant. Par contre le Progrès a joué en vrai leader: dominateur et surtout appliqué.



• L'homme du match. Olivier Cassan



A l'image de ses coéquipiers c'est un peu au ralenti que le meneur de jeu du Progrès a entamé la rencontre. Cependant il n'a pas tardé à peser sur le secteur défensif de Grevenmacher avant de trouver une première fois l'ouverture à la demi-heure de jeu. En seconde période, Cassan a rapidement permis au Progrès de se mettre à l'abri. En doublant le score dans un premier lieu avant de servir Menaï.



• Le fait du match



Alors que chaque action offensive lancée par le Progrès était synonyme de danger pour le portier adverse, les frappes cadrées réussies par l'équipe du CSG étaient peu nombreuses. Les Mosellans ont éprouvé d'énormes difficultés au niveau du secteur offensif. A l'image de l'action de jeu qui a vu Bechtold récupérer la balle au niveau du milieu de terrain (38e) avant de mettre plusieurs joueurs adverses dans le vent. Mais une fois arrivé à hauteur de la surface adverse, il n'a pas trouvé d'autres solutions que de faire un pointu. Tout un symbole. Un manque de créativité et de solutions offensives du côté de Grevenmacher.



José Coimbra



Hakim Menaï s'est offert un doublé face au CSG.



Hakim Menaï s'est offert un doublé face au CSG.

Photo: Christian Kemp





Progrès - Grevenmacher 6-0



Stade Jos Haupert, magnifique pelouse, arbitrage de M. Kopriwa, assisté par MM. Viano et Da Silva, 450 spectateurs payants. Mi-temps: 1-0.



Evolution du score: 1-0 Cassan (32e), 2-0 Cassan (51e), 3-0 Menaï (53e), 4-0 Menaï (56e), 5-0 Bossi (70e), 6-0 Soares (90e).



Cartons jaunes: Ferino (15e) au Progrès; Peters (29e), Bechtold (31e) au CSG.



Corners: 1 (1+0) pour le Progrès, 6 (2+4) pour le CSG.



PROGRES (4-4-2): Castellani; Rigo (cap), Ferino, Lehnen, Soares; Garos, De Sousa, Bossi (81e Rougeaux), Poinsignon (66e Thill) ; Cassan (73e Sanches), Menaï.



Joueurs non-utilisés: Dargenton et Nouidra.



Entraîneur: Olivier Ciancanelli.



GREVENMACHER (4-4-2): Schaab; Martino, Feltes, Brzyski, Speller; Dervisevic (68e Sehovic), Wang, Peters (cap), Bechtold (60e Guettai); Rowley (60e Steinmetz), Kitengé.



Joueurs non-utilisés: Trierweiler et Becker.



Entraîneur: Jacques Muller.



Ils ont dit



Olivier Ciancanelli (entraîneur du Progrès): «Nous savions que nos adversaires voulaient se relancer face à nous. Ce n'est donc pas la fleur au fusil que nous avons entamé la rencontre. Au contraire, nous avons fait preuve de prudence et de patience. C'est une belle victoire mais ce que j'apprécie aussi c'est le fait que nous n'avons pas encaissé de but. En fin de compte, je retiendrais que mes joueurs ont fait du très bon boulot. Ils ont mérité cette victoire et la première place au classement.»



Jacques Muller (entraîneur de Grevenmacher): «Nous encaissons trois buts en l'espace de dix minutes à la suite d'erreurs individuelles. En première période, l'équipe a cependant encore bien joué mais au retour des vestiaires cela n'a plus été le cas. C'est frustrant parce que l'équipe a bien travaillé durant la semaine et voulait réussir ce match.»



 


Powered by azurCMS