news

Le derby qui réveille le FCD03 - 15.09.2014

Le FCD03 a mis fin à l'invincibilité du Progrès et fait partie des deux équipes (avec le F91) à ne pas avoir encore chuté après six journées.



Le FC Differdange 03 est une belle bagnole dont on devine la puissance à une chose : depuis le début de la saison, elle ne fait qu'enfoncer sa pédale d'accélérateur, au point mort, de manière à faire ronfler son moteur. Et tout le monde se base sur ce potentiel suggéré pour dire du bien d'elle. Mais elle n'a jamais – ou plutôt seulement par  intermittence – justifié cette impression positive. Cela a encore été le cas hier, où elle a fini par laisser le Progrès dans son rétroviseur après avoir eu un problème de démarrage. Un corner de Thill et deux négligences dans le marquage permettaient à Zimmer d'effleurer suffisamment un tir de Menaï pour marquer après moins de trois petites minutes passées en BGL Ligue (0-1, 3e). Comme lors de la journée précédente face à Mondorf, où il avait mené deux fois avant de se faire accrocher (2-2), le Progrès n'a pas réussi à profiter de cette avance. Guidé par son enthousiasme, il en a oublié les consignes de son coach, qui étaient d'attendre patiemment que le FCD03 se découvre. Il a donc attaqué le match pied au plancher et vite paru à bout de souffle. En fait, Differdange n'a eu qu'à se pencher pour ramasser ce qu'on lui offrait sur un plateau : la victoire. Un ballon dans le dos de la défense illustrait autant les problèmes éprouvés par Ferino pour contenir Er Rafik que celui du pressing niederkornois, qui laissait tout le loisir au porteur du ballon pour envoyer ces longs ballons, justement. La patte gauche de Jänisch mettait ainsi sur orbite Er Rafik, dont les conduite et protection de balle ainsi que l'adresse permettaient d'égaliser (1-1, 23e). Er Rafik et Lebresne, chacun son style Si Differdange a gagné hier, il le doit en partie à Er Rafik, dont la déviation se transformait en passe décisive pour Ribeiro, auteur d'un joli retourné acrobatique qui laissait Castellani sans voix (2-1, 43e). L'ancien du CSO allait de nouveau se fourrer dans un bon coup en décalant Caron sur un coup franc en main involontaire de Castellani dans sa surface, sur une passe en retrait de Ferino (3-1, 73e). Differdange a aussi gagné grâce à ses «casseurs de jeu». Entendonsnous, c'est une vraie chance d'avoir dans son équipe des joueurs capables de casser le rythme, faire des fautes et provoquer Andy May et surtout Philippe Lebresne ont brillé dans ce domaine. Le vieux «Philou» a rayonné quand le FCD03 est passé à deux milieux récupérateurs après la pause. Comme un symbole, il poussait Menaï à recevoir un carton jaune (58e). Deux Niederkornois allaient écoper de la même sanction dans les deux minutes suivantes. Preuve que le Progrès avait la tête ailleurs. Les jambes, elles, étaient encore plus loin. Tout ça permettait à Differdange de dérouler, faire tourner le ballon et profiter de quelques boulevards pour se procurer une poignée d'occasions franches. Er Rafik a même été assez gentil en exploitant mal un caviar de Castellani (75e). Faute pardonnée, puisqu'il s'était déjà chargé de faire ce qu'il fallait pour mériter > le titre très honorifique d'homme du match. Le comble de l'humiliation pour le Progrès se trouvait à la 83e minute, quand Tom Siebenaler s'installait quelques secondes en position d'avant-centre et tentait même de s'embarquer dans une série de dribbles. Tout était dit. Le Progrès garde un point d'avance sur son rival mais on jurerait que, ce matin, c'est celui qui est derrière qui est le plus heureux. D'autant qu'encore une fois, on a simplement entendu le bruit de son moteur. réveille le FCD03 a obtenu un succès mérité, hier, face au voisin niederkornois. désormais qu'un point de retard sur la 1re place.


Powered by azurCMS