news

Victoire sans discussion du Fola face à Niederkorn - 22.04.2014

Le leader n'a jamais tremblé à l'occasion de la venue du Progrès. Un but rapide de Laterza, un autre d'Hornuss dès la reprise ont tracé la voie d'un succès indiscutable. 4-0 et une prestation aboutie.


A la bagarre avec Dudelange dans la course au titre, le Fola ne pouvait pas se permettre le luxe de laisser des plumes en chemin. Il n'a pas failli. Joueur, le Progrès n'est pas du genre à boucher son but, masser 10 hommes devant Castellani et attendre une contre-attaque désespérée mais rondement menée pour réaliser le hold-up parfait. Toutefois, il devait tenir compte de son adversaire du jour - talentueux et motivé - doté d'excellentes intentions dès le coup de sifflet initial. Le leader de la BGL Ligue met du rythme, pose son jeu, l'écarte quand c'est nécessaire, offre d'intéressantes séquences à ses supporters, s'octroie plusieurs occasions... cinq étoiles. Seul Laterza à la réception d'un centre redressé à même la ligne de but par Bensi parviendra à matérialiser l'outrancière domination de ses couleurs (1-0, 12e) en première mi-temps. Mener au score avant même la fin du quart d'heure initial est le scénario idéal pour passer un agréable début de soirée... à condition de doubler la mise. Hornuss (20e) seul devant le dernier rempart, Kirch de volée (22e), Bensi... sur penalty repoussé par Castellani (32e) ou Hadji, lui aussi, en duel (perdu) avec le même Castellani (37e) ont été incapables d'inscrire le numéro deux. Tant que la balle de break n'est pas convertie, le danger guette. Jeff Strasser connaît la musique. Trop tendres dans les duels, les garçons de Paolo  Amodio savent y faire la balle aux pieds. Si le corner rentrant de Bossi (17e) est gentiment accompagné par Hym sur le dessus de la barre transversale, ils n'arriveront pas à se mettre en position intéressante dans le dernier geste. Après une énième opportunité galvaudée - Bensi à la 50e minute -, Hornuss se décide à plier le suspense (2-0, 52e). La fin des débats sera gérée de main de maître, parfois en versant dans la facilité et/ou en se montrant « bon prince » devant le but adverse. Rani ponctue le spectacle (3-0, 4-0, 83e, 88e). 4-0, 6-0 ou 8-0, le verdict est connu. Inutile de se fatiguer pour le plaisir : la dernière ligne droite se profile à l'horizon.



La note du match. 14/20. Un match marqué de la domination eschoise au détriment d'un adversaire ne boxant pas dans la même cour. Mais, n'empêche, personne ne s'est ennuyé. Du tempo, des occasions à profusion, des buts, un arbitrage irréprochable et deux équipes qui avaient le souci de jouer au football. Mais des deux, le Fola est celle qui dispose le plus d'atouts... Une prestation collective de haut vol.



Le fait du match. Le gardien du Progrès, Fabiano Castellani, a détourné le penalty botté par Bensi (32e). Il est parti du bon côté, le gauche, au grand désarroi de l'attaquant du Fola. Parfois manquer un penalty peut desservir la cause de l'équipe "frustrée" qui le paie cash. Il n'en fut rien samedi.



L'homme du match. Samir Hadji. L'attaquant était, ou quasiment, dans tous les bons coups des siens. Il n'a pas marqué mais a aidé ses coéquipiers auteurs, tous, d'une excellente prestation.



 



Mehdi Kirch (Fola) : "Les consignes de l’entraîneur étaient claires : jouer et presser haut dès les premières secondes, montrer au Progrès que nous étions à domicile. Le message est passé. Nous menons 1-0 au repos mais nous méritions plusieurs buts d’avance. Le 2-0 inscrit par Hornuss à la reprise est tombé au bon moment. Ensuite, nous n’avons rien lâché. Je suis très, très content de notre prestation d’ensemble car on a maîtrisé le Progrès incapable d’être dangereux en zone de conclusion. Il y avait une carotte au bout : jour de congé lundi. C’est le cas. Le week-end pascal sera agréable ! On se retrouve mardi pour préparer les derniers matches. Nous sommes prêts. " 



 



Tarek Nouidra (Progrès): "Que dire ? Le Fola était indiscutablement le plus fort. Notre match ne ressemblait en rien à celui du premier tour (défaite 2-1). Nous avons joué à l’envers, oubliant une saine agressivité dans les duels. On ne donne pas de coups alors que l’adversaire en donne cinq ou six. Si on laisse jouer et faire le Fola, tu t’exposes au pire. D’accord ce n’est pas ici que devons prendre des points mais n’empêche ! Le Progrès s’est ridiculisé. La fin de saison sera en roue libre et on bagarrera pour la huitième place."



L'article du Quotidien


Presse: Wort.lu

Publication: samedi, 19 avril 2014

Powered by azurCMS